Des Branches

31 décembre 2020

Sosa Noel

Le 19 septembre 1653 fut baptisé Noël Normand, fils de Michel et Yvonne Menand

 

Posté par cedeca à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 décembre 2020

Sans thème mais des émotions bien traduites

Pour ce dernier extrait de ma revue de lecture les challenges qui ont choisi de ne pas choisir de thème ou dont je ne me suis pas aperçu plus tôt qu'ils en avaient un. 

 

A la recherche du temps perdu la ch’tite famille

Où l’on rencontre des prénoms tombés en désuétude Damarisse -  Diménine - Dessange - Délia - Damas – Drogo, dont au moins 4 que je suis sûr de n’avoir jamais croisés et les autres plus dans des romans que dans la rue.

Où l’on apprend que Tamboise est un tambour néerlandais et lit une joie présentation du valet de charrue. Et où l’on se rappelle que wassinguer veut dire nettoyer ou laver dans le Nord.

 

Attrape mémoire nous parle de l'Adour et de son embouchure et des travaux qui y ont été réalisés, de deux frères, Etienne Maximin Hores et Pierre Haure, d'un polonais ayant peut être transité par la Galicie Lucas Figas.

Mais il évoque aussi le dimanche quinquagesime (situé cinquante jjours avant Pâques) précédant le premier dimanche du carême et la famille du peintre Paul Rambié, qui nous a quitté il y a peu.

 

 Anne-Marie Brienne et ses challenges de A à Z nous explique que la boucharde est un marteau à damier de pointes, utilisé pour tailler la pierre, mais aussi pour affiner, embellir les parements et nous parle du plat sarrois typique : dibbelabbes.

Le veuvage d'un ancien de la campagne de Crimée et de celle d'Italie, après les quatre de son père sont l'occasion d'un étude sur le thème. Tandis que les tendres kilomètres parcourrus par son aïeul à pied, en vélo ou en tandem à moteur, pendant que sa passagère lisait derrière lui, nous font naître un sourire sur les lèvres.

 

Chroniques d'antan et d'ailleurs nous offre de riches articles, documentés et illustrés. Elle nous dévoile une tutelle ou l'oncle tuteur a du être mis sous tutelle par un oncle de l'autre escot. Une enquête en S comme Salard qui aurait pu être S comme soeur se déroule sous nos yeux, où comment retirer une épine via les collatéraux. Et nous guide tout au long d'une demande de dispense présidentielle pour un mariage.

Dans une querelle elle nous livre l'accès à un convertisseur de monnaie ancienne vers la nôtre et nous rappellle que Xtophe est Christophe.

 

 Geneafinder parle via les slasheurs aux multiples casquettes d'aujourd'hui, des nombreux métiers exercés concomitamment ou successivement par nos ancêtres et de en zéro déchets, de leur manière de recycler et d'utiliser jusqu'au bout les objets, mais aussi des problèmes des ordures et des résidus, laissés partout ou jetés par la fenêtre.

Et un portrait d'Harriet Tubman, abolitionniste et féministe, ayant sauvé de nombreux esclaves pendant la guerre de secession et devant figurer prochainement sur un billet de dollars américains.

 

Généalogie & ADN 

Sont ici présentées des recherches sur les origines d'ancêtres de minorités ayant parfois du s'exiler : anabaptistes, mennonites, dont les Keller, et amish, mais aussi des premières enquêtes en Suède chez les Liljegren.

Les réponses sont variées et adaptées pour répondre à la question classique du jusqu'où es-tu remonté ?

Nous sommes lancés sur la piste d'une famille de tailleurs de pierre originaire d'Autriche, dont la visite des archives de Metz dévoile un acte tutélaire. mais aussi sur des oiseleurs portant un aptonyme (nom adapté à leur métier ou leurs caractéristiques) les Vogelgesang (chant d'oiseau, ramage) dont plusieurs membres furent oiseleurs, ce métier se disant « Vogelfänger » .

 

Je vous parle d'un temps commence son périple à Aydat, où nous explique-t-elle, a aussi débuté son aventure généalogique alors qu'elle cherchait la commune de La Garandie, qui en fait est un hameau d'Aydat. Autre lieu dit Fereyrolles, avec la sempiternelle question, le toponyme découle-t-il du patronyme ou vice-versa ?

Pour Paris, les ancêtres n'y sont pas montés, a priori ils en sont descendus... Et les kilomètres  sont ceux parcourus par André Nestor Touraille, 20 ans, père de deux enfants, dont la deuxième née quelques jours avant son départ, marié peu de temps avant son incorporation, pour aller tomber pour la France. In memoriam...

 

Famille je vous aime nous invite à la table de ses aïeux italiens et de la diversité régionale avant le risorgimento, pour les français c'est de vin dont nous parlons avec ses métiers, dont celui de closier (ouvrier agricole logé et nourri) que je découvre. Le blatier nous révèle aussi ses activités

En Italie le censimento, état des âmes est un trésor pour généalogiste, en Lorraine (Moselle encore... qui n'a pas d'ancêtres mosellans ?), nous abordons les dialectes locaux et les noms de rue de Metz. Quleque soit le lieu, il y a des soldats et nous en suivont quelques-uns qui ont longtemps porté les armes, pour avoir tiré un mauvais numéro et dont nous suivons le parcours.

 

Aujols-Laffont nous fait visiter sa bibliothèque (on y déniche ces noms qui sont les miens de Matrine Delerm, allez feuilleter) ou un ouvrage sur les Pelharot, mais que font-ils avec les peaux de lapins ? Et son grenier, qui est une cave aux trésors généalogiques avec notamments des prix de distribution scolaire. 

Elle nous parle régions, avec l'influence des saint locaux sur les noms de baptêmes et l'importance culturelle des langues, et nous rappelle que nos prédecesseurs savaient marcher.

 

Jlgrandidiergénéalogie nous explique l'origine du four banal par une recherche etymologique du ban ; Son zoom fait un gros plan sur le village des Côtes d'Armor, alors Côtes-du-Nord, où une de mes aïeule a résidé : Bégard.

Il nous conte une histoire de verriers venus reconstruire avec d'autres corps de métier les dégâts de la guerre et une autre sur les forgerons, meur apprentissage et leur ouvrage de validation : le bouquet de Saint-Eloi.

 

Mes racines plonge dans l'histoire et nous rassemble autour de monuments aux morts, auxquels elle rend hommage.

L'histoire d'un Stanislas m'a bien sûr interpellé et j'ai été séduit par le mariage Brin-Damour.

Et il va bien falloir que j'y replonge pour aller explorer le Géoportail qu'elle nous présente de façon appétissante. (Oui je dévore ma généalogie.)

 

Le challenge de Des ancêtres et des actes me parle. Comment transmettre sans lasser, la vérité des actes est-elle la seule ? Comment partager des données et respecter la confidentialité ? voilà des questions que je me pose.

L'hommage aux passeurs de mémoire qu'elle  croisé en fait leur héritière, et je crois que je vais plagier son jeu de mémory. Vais-je me laisser tenter par un D.U. généalogie ?

Je vais prendre le temps de suivre le pas à pas de torois articles, sur Khartis pour la cartographie, sur le fichier Gedcom pour mieux l'utiliser avec mon logiciel et sur les notes et comment les mettre en valeur.

 

Bon et bien après l'écriture et la lecture, la mise en pratique.

Joyeuses fêtes à toutes et tous.

 

Posté par cedeca à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 décembre 2020

Vu sous cet angle

Les quatre défis que je regarde ce jour ont choisi un angle bien particulier, et particulièrement bien choisi, pour égrenner les lettres de leur alphabet généalogique.

 

Des gens d'avant nous raconte d'un acte de donation partage, bien détaillé, à une usurpation l'histoire d'une maison. maison avec cheminée, pressoir et cellier, un plaque de numéro correspondant à l'insigne d'un shako, des signatures de multiples de donataires, de donateurs, d'une famille et d'autres.

Et des interrogations sur comment mieux utiliser Khartis pour générer des cartes personnalisées à partir de fonds.

Pouvez-vous l'aider ?

 

Les cailloux de mes ancêtres se penche sur un recensement, celui de la commune des Vastres en Haute-Loire en 1911. 

La saisie exhaustive des habitants a permis de mener certaines statistiques , sur le nombre de fratries, le nombre de jumeaux (y compris adultes et dans des foyers séparés). Sur les métiers avec des zooms sur le curé, le pasteur les domestiques, les instituteurs. Sur les homoymes, 1/3 des recensés ont au moins un homonyme, et trois patronymes sont portés par 20% de la population du village. 

Intriguant, intéressant, cela donne des idées.

  

Mes passions et métiers nous détaille les lettres via le prisme de l'éducation.

Les diplômes des ascendants, les formations qu'ils ont du suivre pour se former professionnellement, parfois via l'apprentissage. les certificats, pas seulement d'études, mais aussi de travail, pour la fin de vie professionnelle. L'école (kevren en breton) ses photos et ses travaux d'aiguille, réservés et obligatoires pour la gent féminine, n'en aurions nous pas tous besoin aujourd'hui ?

 

Jadis et naguère brode son alphabet dans le monde des tissus et de ce qui s'y rapporte.

Nous visitions la mercerie pour ses accessoires, le berger, ses moutons et ses peignes à carder la laine, le lavoir pour nettoyer... Le ver à soie les fabriquants de bas, les couturières, les tisserands ou les doreurs sont mis à l'honneur. Je découvre le métier de chapier  "celui qui confectionne des manteaux" ou "celui qui réalise des chapes et toute sorte d’ornements liturgiques".

Et un tissu on le voit se confectionne, se détache, au savon de fiel de boeuf ou à la terre de Sommières, cela se soigne et ainsi une robe de baptême peut se transmettre et servir plus de 150 ans et l'on peut dormir dans des draps brodés aux initiales d'un trousseau.

Posté par cedeca à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 décembre 2020

En scrutant les actes

En scrutant les actes ont peut disserter sur les signatures, ou étudier les particularités de ceux de sépulture.

 101 gènes est un blogue à quatre mains, qui nous présente donc des visuels, photos ou signatures.

Pour les photographies, nous apercevons une belle image d'un groupe de douaniers devant son bâtiment et un projeteur de film super 8 qui était quand même le summum du progrès pour avoir ses films.

Pour les signatures petit éclairage sur les signatures d'hésitants sachant à peine écrire, d'autres la maîtrisant assez pour l'inscrire dans un cercle, ceux qui rajoutent leur initiale, leur prénom ou leur fonction, tandis que d'autres ont une simple marque, pas forcément une croix.

Et il y a ceux qui publient les points sur le i ou en plus en rajoutent sur le U. Pour le différencier du N ? Me demandé-je.

 

Autant de nos ancêtres (beau titre de blogue et beau challenga) a épluché les actes de sépultures et leurs mentions insolites pour ses aïeux, en France et au Portugal. Elle nous transcrit l'acte brut, puis nous présente l'ancêtre concerné et enfin revient sur les circnstances du décès.

Ainsi par la plume des curés nous apprenons que c'est un bonheur de recevoir les sacrements de l'Eglise avant de rendre l'âme, nous savons que l'un est mort après quelques jours de léthargie, une autre après être allé voir un jubilé particulier, que nombreuses furent les morts subites, parfois dans une autre paroisse, au sortir de la messe basse. Et que certains ont précisé de leur vivant qu'ils souhaitaient être enterrée dans leur 2glise d'enfance plutôt que dans l'actuelle.

Au Portugal nous pleurons un ancêtre décédé après être sombré dans la folie et apprenons que le curé pouvait célébrer les offices pour un homme dont aucune nouvelle n'a été reçue depuis dix ans. Afin d'officilialiser sa disparition de la communauté.

 

Posté par cedeca à 10:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,