A la recherche de ...

C'est le premier moteur pour moi de la généalogie : un jeu de piste, un puzzle, une chasse au trésor, une recherche historique, géographique, parfois linguistique. Tous les ingrédients nécessaire pour ne pas s'ennuyer et découvrir à chaque impasse passagère une idée neuve à creuser.

Ces ancêtres que nous ne connaîtrons jamais bien, dont nous ne savons pas souvent s'ils étaient charitables, sympathiques, drôles ou franchement brutes, voire odieux sinon mélancoliques, nous nous attachons à eux par les petites histoires et par les difficultés que nous avons eu à les trouver.

Ainsi donc Anne Marie Becker.

Je l'ai rencontrée lors du mariage de sa fille Eugénie.

Eugénie se marie à Paris dans le douzième arrondissement le jeudi 28 février 1884 avec Guillaume Papon. Sur son acte de mariage il est précisé qu'elle est fille de Anna Marie Becker décédée le 17 avril 1883 à Bégard (Côtes-du-Nord).

Il est aussi indiqué qu'Eugénie est née le 30 janvier 1862 dans le sixième arrondissement et qu'elle a été reconnue par sa mère.

Sur l'acte de naissance d'Eugénie, Anne-Marie est appelée Anne Catherine. Le 10 mars de cette année 1862, Anne Marie reconnaît Eugénie et ses deux aînés. Le 12 octobre 1851, à la naissance de Nicolas, elle est appelée Annette, le 29 juillet 1857 on l'appelle Marie Anne sur l'acte de naissance de Marie. Sur ces actes de reconnaissance elle rétablit ses prénoms : Anne Marie, et donne comme date de naissance le premier juillet 1825 à Saint-Avold (Moselle). Autre renseignement, Anne Marie sait signer.

 

Becker Anne Marie Signature

 

Après un envoi de courrier à Saint-Avold et une fausse piste qui m'orienté sur une homonyme, née de Georges Beck et Barbe Koch, il s'est avéré qu'aucune Anne Marie Becker n'était née à Saint-Avold à la date indiquée.

Puis est arrivé l'acte de décès depuis Bégard, aujourd'hui dans les Côtes-d'Armor, au fait, qu'y faisait-elle ? Voilà une nouvelle énigme.

Mais reprenons le fil de notre première recherche...Sur cet acte elle est native de Mochen. Alors reprenons la recherche à Mochen en Moselle. Sauf qu'en Moselle ou dans un tout autre département français d'après le guide des codes postaux pas de trace de Mochen, excusez moi mais c'est moche.

C'est donc le moment de regarder la liste alphabétique des communes de Moselle et d'y trouver le nom de Macheren. Vérifions toujours, Macheren, Canton de Saint-Avold. Voilà qui est intéressant mais là bas non plus pas d'Anne Marie née le 1er juillet 1825. Non pas en 1825, mais le 1er juillet 1826 Anne Catherine Becker accouche d'une petite Anne Marie.  Serait ce là mon aïeule ? Pas de certitude mais une forte présomption, les pièces du puzzle ne s'emboîtent pas parfaitement mais les coïncidences se montrent trop nombreuses.

Grâce au forum du portail mosellan de généalogie et à Chrislorraine, qu'elle en soit ici remerciée,  j'ai su que les familles du canton de Saint-Avold avait été reconstituées. Après avoir écrit pour obtenir des renseignements; j'ai eu la chance de correspondre avec l'auteur de l'ouvrage qui m'intéressait. Il m'a dit qu'Anne Marie ne s'était pas mariée dans sa ville,qu il n'y avait pas de trace non plus de son décès ni de celui de sa mère.

C'est donc qu'Anne Catherine a du partir avec sa fille pour Paris... Anne Catherine ressemble bien à une aiguille dans le foin parisien et pré communard en plus, peut être que ces seules traces franciliennes se sont envolées dans les incendies qui ont détruit les registres parisiens. Mais peut être que seule Anne Marie est venue dans la capitale, sa mère s'arrêtant à Bégard, ou ailleurs ? 

A suivre...