Il y a parfois des recherches que je laisse longtemps sur  une étagère en pensant qu'elles seront simples puisque je sais ce qu'il faut faire. Enfin presque... Je connais le document qu'il faut pour remonter mais en fait je ne suis pas si sûr de l'endroit où je pourrais sinon devrais le trouver. Dans ces cas là je procrastine, (je commence demain) et cela retarde le plaisir ou la frustration avant la découverte.

Telle est la situation des dispenses de consanguinité.

Sous l'ancien régime certains couples étaient empêchés de se marier parce qu'ils avaient un ascendant commun jusqu'à la quatrième génération, au niveau d'un arrière-arrière grand-parent. Empêchés jusqu'à ce qu'ils obtiennent une dispense. Pour un des couples de mon ascendance une bulle du pape a même prononcé la dispense, par quel chemin la demande est-elle passée ?

Bref, ces dispenses pourraient me débloquer quelques épines généalogiques d'ancêtre dont je ne connais pas les origines où pour qui elles sont douteuses. Je vais peut-être au bout du compte me décider à aller sur place, demander de l'aide à une association dont je suis membre ou mandater un généalogiste pour enfin avoir une de ces dispenses sous les yeux.

 

Consanguinitet

 

Par ailleurs, quand j'ai commencé à remonter dans le temps à la recherche de mes ancêtres je suis assez rapidement tombé sur un couple revenant une deuxième fois dans ma généalogie. Endogamie du petit village oblige.

Cela m'avait surpris à l'époque, un peu dérangé peut-être aussi. Alors que maintenant ; bien des générations plus haut il est vrai ; je rêve du moment où deux de mes quatre premières branches (celles de mes grand-parents) se croisent.

C'est possible même si je ne sais pas si je pourrais le démontrer. Puisque le même petit village cantalou apparaît dans mes notes pour mes deux grand-pères. Pour l'un c'est le point de départ d'un immigré breton, pour l'autre c'est le bourg du hameau qui a donné le nom à l'un de ses ancêtres.