Dans les registres de mariages, se trouvent quelquefois des unions qui se resssemblent, les époux portant exactement les mêmes noms, parfois dans des périodes où la naissance des enfants se croisent parfois à des générations d’intervalles.

A Fégréac par exemple

Le 30 septembre 1642 Yves PEROUZE épouse Perrine MAZAN, un de leurs arrière petits-enfants (au moins) se nomme lui aussi Yves PEROUZE et le 12 janvier 1741, 99 ans plus tard, il se marie avec … Perrine MAZAN. Je descends de ces deux couples.

Le 3 juillet 1640 Yves MARCHAND, veuf se remarie avec Perrine BALAC, ils ont des enfants dont Jean, le jeune, qui, le 28 juillet 1671, unit son destin à une certaine ... Perrine BALAC

J'ai bien d'autres aïeux qui portent les mêmes noms et prénoms, mais la palme pour l’instant revient aux 12 Jean BOCQUEL et aux 12 Jeanne BOCQUEL, démarrant pour leur part chacune une nouvelle branche portant ce nom.

En Savoie, à la Giettaz

Dans les villages montagnards l'endogamie est plus imlportante encore qu'ailleurs, les moyens de transports étant plus difficiles dans certaines périodes de l'année (nombre de paroissiens décédaient même en hiver lors de périlleux dépacements pour aller au culte lorsqu'ils n'avaient pas d'église).

Ainsi en Savoie comme ailleurs les noms sont apparus pour faire la différence entre les différents Pierre, Claude, Pernette, Françoise ou Humbert. Sauf que les homonymes se multipliant, des surnoms supplémentaires se sont rajoutés. Ainsi les Bibollet, ont donné notamment des Bibollet-Ruche et des Bibollet-Juste, les Joguet des Joguet-Tissot et des Joguet-Recordon et même des Joguet-Tissot-Recordon

Moine_copiste

Dans le Cantal,

Nous en reparlerons en S.

Et ailleurs...