Je m’interrogeais sur l’intérêt de parler de mon organisation, d’autant que ce n’est pas mon fort. Et puis j’ai lu mes petites et petits camarades et cela m’a questionné sur mes démarches et m’a permis d’arrêter certains choix nécessaires ou de m’apercevoir que je les avais déjà faits.

Je vais donc participer au généathème sur l’organisation proposé pour ce mois par Sophie Boudarel dans sa gazette des ancêtres.

Et si ma prose aide quelqu’un, en adhésion ou en réaction, à choisir son chemin, je serais content une deuxième fois.

Alors merci à  :

Elise auprès de nos racines http://aupresdenosracines.blogspot.fr/2013/09/faut-il-creer-son-arbre-genealogique-en.html#.UjLvDhgseCQ.twitter,

Dominique et ses degrés de parenté http://degresdeparente.blogspot.fr/2013/09/la-chasse-aux-doublons-est-ouverte.html,

Venarbol alias Nathalie http://www.venarbol.net/blog-2 

et Benoît de mes racines familiales http://mesracinesfamiliales.blogspot.fr/2013/09/la-necessite-du-logiciel-de-genealogie.html?spref=tw 

Et voici ma contribution pour le logiciel et l'arbre en ligne :

Stratford station MMB 30

 

LOGICIEL

Pour le logiciel, j’ai commencé la généalogie mineur, et j’ai été initié avec les fiches papiers avec lesquelles j’ai fonctionné quelques années.

Puis on m’a offert mon premier logiciel : Geneatique du CDIP : sur disquette ! Je me rappelle encore de l’émotion que j’ai eue à rentrer mes premières données dans des couleurs vives et lumineuses sur un écran dont je ne voudrais plus pour travailler.

Suite à de grandes discussions sur l’internet sur le meilleur logiciel de généalogie, je suis allé en tester récemment quelques uns… Mais comme il me faut déjà du temps pour me faire à certaines mises à jour… J’ai hésité un moment : me lancer dans une nouvelle méthode de saisie pour gérer mon arbre informatique risquait d’être long  à mettre en place, sans être sûr de trouver la satisfaction au bout du chemin. Puis j’ai lu les articles d’Elise et de Benoît et j’ai su que je ne changerais pas de logiciel…

La généalogie est pour moi un plaisir pur. Les pires moments ( à part la perte de données patiemment récoltées) font presque partie des meilleurs quand le résultat est là. Mon logiciel constitue un outil dont je sais que, comme chaque outil ou moi-même, il ne sera jamais parfait. Il m’a plus aidé que gêné dans mes recherches, alors je le garde… Par contre j’approfondis son fonctionnement et la maîtrise de ses outils (je n’arrête pas d’en découvrir depuis que je les cherche, c’est comme les ancêtres en fait et s'il le faut je contacterais les développeurs). Je le garde d’autant plus qu’il s’agit de mon arbre privé et que si je veux ou dois ne pas publier quelque chose c’est sur cet outil que je le conserverai.

ARBRE EN LIGNE

Pour la mise en ligne je fais confiance, peut être à tort, j’envoie l’ensemble du fichier avec confidentialité jusqu’à cent ans. Sur le site du CDIP et surtout sur Geneanet que j’utilise pour la mise en contact et la découverte de nouvelles pistes, [Dans mes sources j’indique maintenant piste pour savoir que je dois vérifier et confirmation quand j’ai vérifié]. En mode privilège, la recherche et les alertes par individus m’ont permis de formidables découvertes. Je l’utilise aussi pour essayer de localiser  un patronyme dont je ne sais d’où le porteur a pu venir.

 Arbre logiciel et arbre en ligne ont chacun leur utilité et se complètent. Et ils ont besoin d’être complétés.

MA POMME

J’ai fini par renoncer à l’idée d’avoir un outil qui réalise tout comme je le souhaite. C’est à moi, selon ce que je veux de me doter d’un nouvel instrument pour jouer la partition qui me plaît. Pour la centralisation, je pense qu’à terme c’est un site qui me permettra de tout regrouper et de partager ce qui peut l’être. Et j’aurais le plaisir de remettre cent fois sur le métier mon ouvrage.

 Parce que voici une raison de conseiller à un jeune de se lancer en généalogie : si vous vous retrouvé mordu, cela reste quand même une école de la persévérance et de l’application. Parce qu’avouez chers généalogistes que vos ancêtres préférés, et ceux sur lesquels vous en savez peut-être le plus, sont bien ceux qui vous ont donné le plus de fil à retordre…. Et le plus de plaisir : quelle plus belle joie généalogique que de voir un travail bien fait aboutir ?

 

 

Crédit photo

 

Par mattbuck (category) (Travail personnel by mattbuck.) [CC-BY-SA-2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0) ou CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons