31 janvier 2015

Zéro pour zéro, l'arbre à Toto

Il y a peu Elise dans son très beau blogue posait la question : faut-il reprendre sa généalogie à zéro ?

 

Cette idée de reprendre sa généalogie à zéro, je crois que c’est il y a près d’un an que j’en ai entendu parler la première fois.

 

Honnêtement comme je ne suis pas aussi organisé que Dominique qui n'essaiera pas, je me suis donc laissé tenter l'année dernière, pour voir…

Je suis parti de mes enfants et j’ai essayé de remplir intégralement pour chaque personne toutes les dates, rattacher tous les documents sur mon logiciel, compléter les signatures, les photos.

 

Oui cela permet de revoir tout, de compléter. Mais toujours honnêtement si ma généalogie était un arbre ce serait une abeille… Parce que je butine, voire je papillonne. Quand je suis plongé dans des actes du Cantal, d’un coup je vais retourner voir un recensement de Moselle parce qu’une intuition s’est allumée dans mon esprit... Et reprendre toute ma généalogie alors que j’ai tant à découvrir encore, c’est un peu tôt. J’ai donc arrêté et fusionné mon tout nouvel arbre avec l’ancien.

 

Si la rigueur ne me lâche pas, je complèterais peut-être un tableau excel pour vérifier que chacun de mes sosas a :

-          toutes ces copies de documents (actes paroissiaux, notariés, recensements etc) ;

-          les photos dont je dispose ou du moins les meilleures ;

-          une copie de sa signature le cas échéant ;

-          et ses dates renseignées tant au niveau de l’état-civil que de tous les autres renseignements dont je dispose : résidence, service militaire…

 

Plutôt que de replanter mon arbre je vais le retailler, le bichonner. Et mon principal outil pour cela sera mon logiciel. Ce n’est peut-être pas le meilleur mais l’herbe est-elle plus verte ailleurs ? Je vais approfondir mes connaissances de mon outil et m’en servir pour le plaisir. Le plaisir de la recherche, le plaisir de la question, le plaisir de la découverte et celui du partage avec vous.

Ficus cuttings with roots in a bottle, White background

 

Et puis reprendre l’arbre à zéro comme si l’on avait rien cherché, je laisserais peut-être ce soin à mes enfants… Parce que les branches pour lesquelles j’ai le plus d’affection dans mon arbre sont quand même celles que j’ai passées le plus de temps à tailler et fouiller. Alors cela règlera peut-être la question de comment transmettre à mes enfants leur généalogie : en les faisant chercher tout en connaissant des pistes à leur donner et des pièges à éviter pour leur faire découvrir aussi le plus important dans la généalogie : le plaisir.

Je les ai lu après mon billet, mais dans les Chroniques d'antan et Rencontre avec mes ancêtres, Brigitte et Elodie abordent aussi la reprise à zéro de leur généalogie...