Si ma grand-mère était un P, il lâcherait un pétard de moine.

c'était le mille sabords ou le Tonnerre de Brest de ma grand-mère. Elle n'était presque jamais grossière... Quand elle était énervée ou agacée, s'échappait de ses lèvres cette pittoresque expression, parfois doublée si elle s'emportait vraiment : pétard de moine de pétard de moine.

Je ne suis pas bien sûr de l'origine de ce juron, car c'en est bien un, mais à priori il en dissimule un vraiment pas joli joli.

Néanmoins il m'arrive, toujours avec une part de tendresse, de le lancer de temps à autres.