Si ma grand-mère était un V, prononcerait-il Ven aqui !

Quand on ne fixe pas un souvenir, on lui donne l'occasion de devenir flou.

Ma grand-mère vient d'un pays d'Oc mais je ne l´ai jamais entendu parler l'occitan de chez elle. A part peut-être ce ven aqui, dont je ne sais qui c'est elle où sa sœur ou encore des souvenirs de cours d'espagnol qui me l'ont mis en tête. Ma grand-mère vient d'une région où l'on dit, même si je ne sais pas l'écrire : tu l'on que fa più più ech lo que vaï miu... Ce qui d'après  son neveu signifierait : tous ceux qui se plaignent (qui font più più) sont ceux qui vivent le plus vieux.

Ses parents et ceux d'avant parlaient une forme d'occitan dont je ne jurerais pas du nom, elle le comprenait sûrement mais ne le parle plus. Et je ne sais s'il était de lucidité l'éclair  qui a traversé mon esprit pour me mettre en tête que si je le disais aussi souvent, ce ven aqui, c'est parce que je le tenais d'elle, ou si c'est parce que cela me plaisait de le penser.

En tout cas aujourd'hui lorsque je dis Ven aqui pour appeler un de mes enfants, c'est à ma grand-mère que je pense.