23 mai 2013

La clé aux Ponts-de-Cé

 Bonnse surprise ce mardi... En ouvrant ma boîte-aux-lettres électronique, je jette un oeil sur le message de GénéaNet m'indiquant qu'il m'a trouvé de nouveaux ancêtres. (J'aime assez cette alerte qui cherche des correspondances pour les aïeux sans parents indiqués).

Et là, je ne trouve pas que les noms habituels, de personnes à vérifier parce que j'ai un doute, d'erreur avérée, ou de branches que je doit mettre à jour. Herisson Michel et Ciron Renée m'attirent le coin de l'oeil. Michel et René ont des enfants a Redon, mais si j'ai trouvé mes petits Hérisson, pas de trace des parents de ce couple ni de leur mariage. Donc l'information promise me plaît assez et de plus plusieurs membres les font apparaître.

Deuxième bonne surprise, les bons usages se répandent  :les premiers Généanautes citent une autre membre comme étant leur source ( et je ne jette aucune pierre, je dois confesser que la citation systématique de mes sources ne m'est venue qu'avec la pratique et que j'en ai encore quelques une à rattraper). Et cette source elle même mentionne les actes, que je vais vérifier illico sur les archives en ligne du Maine-et-Loire, tiens un nouveau département pour moi. Michel Herisson et Renée Ciron s'épousent le douxième jour de juillet 1611 aux Ponts-de-Cé.

P.S.
En plus je contacte la personne source qui me répond très gentiment que suite à une recherche de patronyme sur GénéaNet elle avait remarqué que nous étions plusieurs à citer Renée sans avoir plus d'information. Elle avait alors contacté le premier de la liste se disant que personne ne viendrait la chercher en Anjou et que les alertes GénéaNet ferait le reste. Ce qu'après contact avec le premier cousin de la liste (charmant lui aussi) nous pouvons vous confirmer tous deux.

Je viens de débloquer une branche, de faire connaissance avec deux nouveaux cousins généalogiques... Et qui plus est avec des possibilités d'étayer le portrait des membres de cette ramure grâce aux informations des mes contacts et à l'un des métiers d'Israël Ciron, père de René et Sergent garde de la forêt de Bellepoule, joli, non ?

Maintenant il va falloir que je regarde de près les migrations (limitées dans l'espace mais migrations quand même) de toute cette branche. Et savoir comment ont pu se rencontrer ces tourtereaux.

Posté par cedeca à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 mai 2013

Si ma généalogie était un arbre...

Pour continuer à écrire régulièrement, je vais commencer par des sujets légers... Légers dans le sens où ils ne me demanderont pas beaucoup de documentations (ceux là viendront après j'espère mais resteront bien légers dans leurs sujets).

J'ai donc envie de faire le portrait chinois de ma généalogie. Cela manque certes d'originalité, mais cela m'amuse et j'espère que je pourrais vous faire partager ce petit plaisir.

D'ailleurs pour le premier trait de ce portrait j'aimerais que vous me disiez aussi quel arbre serait votre arbre généalogique? Je sais que cela a déjà été fait, mais moi je ne l'avais pas fait...

Bref, si ma généalogie était un arbre...

Ce pourrait être un noyer, parce que le village où j'ai grandi et découvert la généalogie tire son nom de cet arbre et que j´aime bien manger des noix, surtout dans mes salades...

Il pourrait porter des prunes, parce qu'une des branches de mon arbre a poussé dans l'Agenais, région des pruniers, et que je n'imagine pas que mes ancêtres n'en aient pas cultivé.

Il me plairait que ce soit un chêne car j´en apprécie la robustesse, le caractère commun (propre à Monsieur tout le monde) et le côté autodérision de ses fruits.

J´ai rêvé que ce soit un figuier... Le côté poétique de cet arbre m'a laissé croire une supposition onomastique selon laquelle le village d'où est issu mon nom tirerait le sien du figuier. Mais en avez-vous vu beaucoup en Loire-Atlantique ?

Alors finalement à choisir, si ma généalogie était un arbre, j´aurais planté un pépin de pomme. D'abord parce que j'adore le fruit et que pour mes proches il me personnalise.

Pour le rêve de remonter jusqu'à Adam et Eve ou du moins les Eve et Adam génétiques ? Je ne crois pas.

Mais parce qu'il en pousse partout et qu'à vraiment choisir je désirerais qu'il porte plusieurs espèces de ses fruits, oui.

Et plus certainement parce que la mémoire familiale et la mienne se plaisent à se remémorer que mon arrière-grand-père faisait un petit cidre si doux qu'il se buvait comme du petit lait, peut-être le meilleur du village. Je n'ai jamais pu boire le sien mais il avait appris sa technique à un grand-oncle dont j'ai goûté la production... Du jus de pomme, le meilleur que j'aie jamais bu. Ah non, le quatrième verre et la chaleur qui m'a envahie m'ont bien rappelé que c'était du cidre.

Alors oui si ma généalogie était un arbre, ce serait un pommier à cidre.

 

Cider apple orchards at Over Stratton - geograph.org.uk - 10970

Posté par cedeca à 17:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 mai 2013

Et si je continuais

Après le challenge, le challenge.

Premier point positif du AZ, cela m'a donné le coup de pied au pouce pour me lancer dans la blogosphère généalogique et essayer d'écrire sur mes recherches (en toute relativité et avec mes modestes moyens).

Premier point négatif du challenge, maintenant, il va falloir continuer (mais non  finalement c''est positif aussi).

Le meilleur côté c'est que maintenant les échanges vont peut être mieux se réaliser. Il est vrai qu'en essayant d'avoir toujours un article prêt pour le lendemain, et en essayant de lire un peu les autres, (tout ce n'est pas possible enfin en avril) je n'arrivais pas à être suffisamment inspirer pour laisser beaucoup de commentaires.

Peut être aussi avec facebook, j'ai vu qu'il y avait des pages spécialisées, notamment publication généalogiste et que des interactions pouvaient aussi se faire par là.

Le challenge a été le prétexte, en fait j'en avais déjà réalisé un sous forme de calendrier de l'avent pour mes proches. J'ai de nombreuses envies d'écriture,que je vais peut être réaliser avant de les trouver géniales, elle ne le seront jamais. 

Mais ce blog va aussi me servir de boîte à outils, les blogs que je fréquente régulièrement, mes sites fétiches, les archives où m'emmènent mes ancêtres vont alimenter mon menu.

Bref j'espère vous revoir, échanger, partager vous prendre des idées... et peut être vous en donner aussi...

En attendant je vais me remettre à la transcription de l'inventaire après décès d'un des mes ancêtres, qu'une des associations à laquelle j'adhère m'a confié.

Posté par cedeca à 15:24 - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 avril 2013

le Z final ne se prononce pas en Savoie...

C'est ce que j'ai découvert en remontant les branches de ma dame.

Ainsi La Giettaz et La Clusaz, se prononcernt normalement La Giette et La Cluse.

Le z servirait à indiquer que l'accent tonique se porte sur l'avant-dernière syllabe et que la voyelle finale est atone, et ne s'entend pratiquement pas dans la langue franco-provençale parlée du temps de la graphie des noms de lieux. Car c'est  essentiellement dans ces toponymes que se trouvent ce signe phonétique. Les anthroponymes ou patronymes qui l'ont arboré, ou le conservent encore, sont donc initialement des surnoms issus du lieu de résidence.

Book of Hours detail

 

Merci à Jean Tosti de qui j'ai paraphrasé une explication plus claire que la mienne.

 

Et maintenant ZZZZZZ, repos et vacances.

 

Posté par cedeca à 17:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 avril 2013

Yrieix

Arédius a réellement vécu au sixième siècle. Issu d’une famille aristocrate de Limoges, admirateur de Saint-Martin de Tours, il a fondé un monastère et léguât une partie de ses biens à des monastères. La déformation de son nom a donné Yrieix (prononcez Irié), Iriès en occitan, et plusieurs communes portent son nom notamment en Limousin.

Pour mes branches, Saint-Yrieix, aujourd'hui Saint-Yrieix-la-Perche, apparaît comme une ville de passage. C'est ici que se sont mariés Pétronille Bary, qui se fait appeler Joséphine et Jean Baptiste Lathière. Pétronille est née à Ladignac-le-Long, Jean-Baptiste est d'Oradour-sur-Vayres (toutes ces communes sont en Haute-Vienne). Je ne leur connais pour l'instant qu'un fils, René, venu au jour à Lubersac en Corrrèze. Au mariage de René, à Paris, Jospephine donne son consentement par notaire interposé depuis Saint-Yrieix où je n'ai pas trouvé son décès. Jean-Baptiste était déjà décédé à Paris où il travaillait comme cocher et était connu comme célibataire.

Y aurait-il comme un mystère qui plane autour de cette famille à Saint-Yrieix, en tout cas c'est le seul couple de mes sosas pour lequel j'ai conniassance d'une séparation.

 541px_Buste_d_27Aredius

Le buste d'Aredius

Posté par cedeca à 09:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


27 avril 2013

XIIème arrondissement de Paris et les autres

Paris, ville de tous les croisements. Ville de tous les horizons. Plusieurs de mes ancêtres sont nés à Paris, il en sont partis, parfois y sont revenus. Nombre de mes ancêtres ont fini leur vie à Paris, d'autres n'ont fait qu'y passer. Ils sont venus d'un peu partout, Auvergne, Normandie, Alsace, Moselle, Pays de la Loire...,

Louis Stanislas Pfeiffer est mon ancêtre parisien, le seul qui soit né à Paris, décédé à Paris et qui à ma connaissance ne l'ait pas quitté. Alternativement ou indifféremment potier de terre, tourneur en poterie, mouleur et/ou marchand, il a écumé les rues de la capitale. Né dans le VIIIème arrondissement ancien, d'un père alsacien et d'une mère normande à une adresse inconnue, je lui en ai trouvé en 70 ans d'existence 10 autres, toutes à Paris.

70 ans et la moitié à résider dans le XIIème arrondissement. Notamment dans la Rue du Faubourg Saint-Antoine, là où se situe l'Hopital Saint-Antoine, lieu de naissance de deux de ses enfants. Né en 1831, il aura connu la Commune de Paris durant laquelle brûla son acte de naissance, vécu sous le second Empire, (son frère est décoré des campagnes d'Italie et de Crimée sous Napoléon III), il aura aussi connu les trois premières années du vingtième siècle.

Son père était poëllier, sa mère crèmière, il a épousé une marchande de quatre saisons, sa fille sera blanchisseuse.

Il a eu quatre enfants, au moins deux filles avant d'épouser leur mère, puis deux garçons qui ne deviendront pas adultes.

Avant lui et son frère, deux soeurs sont nées et ont été baptisées, puis ses parents ont fait un mariage civil et une autre soeur a été baptisée.

je n'ai pas de trace du mariage de ses aïeux maternels qui se sont probablement rencontrés à Paris et ont du y finir leurs jours après un retour en Normandie;

Et son frère a du faire une sommation respectueuse à sa mère avant de se marier à 31 ans.

Il savait signer et a fait que sa fille le puisse aussi.

Louis Stanislas, en plus ses prénoms sonnent à mon oreille (même si il ne devait utiliser le plus souvent que Louis), tient son nom d'un jouer de fifre, est ce pour cela que  j'aimerais pouvoir mettre sa vie en musique ?

Parce qu'il est un résumé ou un symbole de ce que la généalogie peut receler comme trésors à découvrir comme pistes à explorer comme connaissances à acquérir Louis Stanislas Pfeiffer est l'un de mes sosa préférés.

Cela n'a aucun sens, mais chercher ses traces me procure du plaisir et même parfois de la joie... quand je les trouve. Alors je suis un doux fêlé mais j'aime faire des recherches généalogiques... Dans le XIIème ou ailleurs !

Pfeiffer Louis Stanislas

 

Posté par cedeca à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 avril 2013

Wallet

Wallet : Le nom est surtout porté dans le Nord-Pas-de-Calais et dans la Somme. Variante : Wallez. C'est un diminutif de Walle, qui peut avoir deux sens : soit il désigne un Wallon (belge francophone), soit c'est un nom d'étranger, Wallo (racine germanique walah (= étranger).

Marie-Anne Cécile Wallet est la fille de Louis François marchand de tabac à Cavron Saint-Martin dans le Pas-de-Calais et de Marie Claire Joseph Hubert. Elle épouse Jean-Baptiste Sylvain Osselin. Un de leur fils Louis Mathieu Boniface, tisserand, convole à Saint-Denoeux avec Marie Victoire Lucie Constantine Gline, ce sont les parent de Marie Clara Césarine tour à tour couturière, journalière, marchande de quatre saisons à Paris, et femme de Louis Stanislas Pfeiffer tourneur en terre.

Vous remarquerez que le Pas-de-Calais n'est pas avare en prénoms mais comme dans le sud-ouest ce ne sont pas forcément les premiers qui sont utilisés dans la vie quotidienne. Ainsi certains actes concernant Clara Osselin, ses parents sont appelés Victoire et Boniface, est ce parce qu'il y a trop de Marie et de Louis ? Les prénoms que vous voyez soulignés sont les prénoms usités.

Planchetabac

Posté par cedeca à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 avril 2013

Veneto ou Verona

Il Veneto ou la Vénitie est une région d'Italie comptant sept provinces, dont celle de Verona, Vérone. C'est des méandres de l'Adige, que sont venu mes arrière-grands-parents avec leurs deux petites filles. Ils se sont d'abord installés en Agenais où est née ma grand-mère.

Provinces_of_Veneto_map                                                                                

La famille s'est agrandie et une partie est montée à Paris.

La province de Vérone s'est aussi là que s'arrête pour le moment mes racines italiennes, faute de ne pas avoir pu envore me déplacer efficacement pour retrouver ce qu'il est possible de recherche.

C'est donc aussi un doux rêve à réaliser.

 

 

 

 

Posté par cedeca à 19:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 avril 2013

Uttenreuth

Uttenreuth est une ville de Bavière, en Allemagne. C'est aussi le lieu qui commence six lettres de mon grand-père à son frère, envoyées de captivité.

Alors qu'il avait gardé ces lettres, souvenir de son frère décédé, et les papiers militaires, alors qu'il a été longtemps porte drapeau des anciens combattants, qu'il a cotoyé d'anciens camarades prisonniers, c'est de ma mère que je tiens toutes mes connaissances de cet épisode de sa vie. Je n'ai jamais pu parler à mon grand-père de ses cinq années de captivité pendant la seconde guerre mondiale. Ou plutôt je n'ai osé qu'une fois, au souvenir de ses camarades il s'est mis à pleurer à chaudes larmes, j'ai été tellement retourné, que je n'ai jamais osé lui en reparler.

Avec d'autres de mes aïeux, il y a eu aussi cette pudeur, ou ce sentiment chez eux que le passé est le passé, que ce n'est pas intéressant, peut être parce qu'il était trop noir pour eux, peut être parce qu'il est plus facile d'en parler à des étrangers, ou de le demander à des étrangers.

 

691px_Uttenreuth_in_ERH_svg

Uttenreuth en rouge

Attribution Hagar66

Posté par cedeca à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 avril 2013

Tour du destin

Il est troublant de penser que si nous sommes ici ce jourd'hui, c'est parce que d'autres sont morts, et parfois nos ancêtres.

Au premier abord, vous penserez à tous ceux "morts pour la France" ou leur patrie et qui ont défendu nos libertés. Mais notre présence au sein de la chaîne est parfois due à un maillon qui en a remplacé un autre...

Le 12 novembre 1647 à FEGREAC, Perrine THOMAS épouse Yves GUIHO, ils auront notamment Philippe qui compte parmi mes ancêtres. Perrine devient veuve et le 3 septembre 1661 elle convole avec Jean BOCQUEL. De ce mariage naîtront Pierre et Jeanne qui tous deux feront des souches qui mènent jusqu’à votre serviteur. La vie d'Yves GUIHO a permis celle de Philippe, sans sa mort Pierre et Jeanne n'aurait pu voir le jour. Il a fallu ces trois bébés, entre autres, pour que je pousse mon premier cri

Plus léger, le 1er février 1602 se sont épousés Martine QUELLARD et Julien RIALLAIN. Deux filles leurs sont connues : Yvonne né le 6 mars 1603 et sa cadette Perrine venue au monde le 9 avril 1606. La première rencontra un François DAVID, la seconde un Mathurin OGER et ont fait des enfants qui ont fait des enfants. Mais si Julien et Martine n’avaient fait qu’une seule de ces deux filles, je n'écrirais pas sur eux.

Une histoire que je dois vérifier avec mon parrain, pour finir. Mon arrière-grand-père le serait devenu parce qu'il est revenu de la première guerre mondiale, mais pas le fiancé de mon arrière-grand-mère.

Les Parques

Posté par cedeca à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,