15 novembre 2018

Moselle

Moselle

Rivière française, luxembourgeoise elle a donné son nom à deux départements français, la Moselle et la Meurthe et Moselle.

Son nom signifierait petite Meuse, sans que l'on sache d'où vient le nom de la Meuse. ce nolm existe dès le 4ème siècle puisque le poète latin Ausone l'utilise dans une de ses oeuvres. 

Née entre Alsace et Lorraine la Moselle serpente en France, puis passe par le Luxembourg qu'elle sépare de la France puis de l'Allemagne où elle rejoint le Rhin.

P lich Moselle Saxe Allemagne du vin Vignobles paysage village rivière vacances

 

Sources :

http://photos.piganl.net/2013/moselle/moselle.php

Posté par cedeca à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 novembre 2018

Lot

Rivière française, elle donne aussi son nom à deux départements métropolitains, le Lot et le Lot-et-Garonne. Plusieurs villes l'associent également à leur toponyme : Lafitte-sur-Lot, Granges-sur-Lot, Castelmoron-sur-Lot, Le Temple-sur-Lot, Sainte-Livrade-sur-Lot, Villeneuve-sur-Lot, Saint-Sylvestre-sur-Lot, Vire-sur-Lot, et peut-être Sainte-Eulalie-d'Olt et Saint-Geniez-d'Olt.

Parmi les villes traversées par cette rivière Penne-d'Agenais et Villeneuve-sur-Lot ont été traversées aussi par le cours de mes ancêtres. Et de plusieurs branches sur Villeneuve.

Villeneuve-sur-Lot Sainte-Catherine

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lot_(rivi%C3%A8re)

 

Posté par cedeca à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 novembre 2018

Kergoat et 360 Kilomètres pour le Canal de Nantes à Brest.

Le Kergoat est une rivière bretonne canalisée dans la parcours du canal de Nantes à Brest.

Le canal de Nantes à Brest souhaité avant la révolution pour des raisons de développement économiques, renforcé par des visées militaires, la liaison Nantes Brest par l'intérieur des terres, mais par voie navigable fut lancée sous l'Empire, après bien des périples le Canal de Nantes à Brest fut ouvert en 1836. Les travaux continuèrent jusqu'en 1858. En déclin en conséquences d'autres installations hydrauliques ou d'infrastuctures après la première guerre mondiale, il fut rayé des voies navigables en 1957.

Plus de 230 écluses régulent son trajet sur 360 km en empruntant les cours des rivières  de l’Erdre, de l’Isac, de l’Oust , du Blavet, du Kergoat, du Doré, de l’Hyères et de l’Aulne. 

Il accompagna un essor économique dans la Bretagne du 19ème siècle, fut séparé par des barrages, concurrencé par le rail, mais reste un symbole de la région par son attrait touristique , tout en restant un réservoir d'eau pour le Sud Finistère.

 

7 FEGREAC (Loire-Inf

 

Sources :

http://www.canauxdebretagne.org/canaux-de-bretagne_canal-de-nantes-a-brest_en-chiffres.htm

http://www.smatah.fr/le-canal/histoire

 

Posté par cedeca à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 novembre 2018

Jordanne

Jordanne

Rivière française du Cantal.

Dénommée Jordana en occitan aurillacois elle bénéficie de l'aura de la préfecture cantalienne. Aurillac s'est développé sur ses rives dont les ondes lui ont apporté l'eau nécessaire à son alimentation, ses lavoirs, son agriculture...

Avec l'Authre la Jordanne constitue l'un des principaux affluents de la Cère. 25 affluents au moins viennent grossir son cours.

Longue de près de 40 km, la Jordanne irrigue les communes de Mandailles-Saint-Julien, Saint-Cirgues-de-Jordanne, Lascelle, Velzic, Saint-Simon, Aurillac et Arpajon-sur-Cère où elle conflue avec la Cère. Elle a coulé dans la vie de mes ancêtres dans ces trois dernières communes.

La commune de Saint-Cirgues-de-Jordanne, lui doit son nom, comme auparavant celles de Saint-Julien-de-Jordanne avant sa fusion en 1972 avec Mandailles.

 

Aurillac - Vieilles Maisons sur la Jordanne

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jordanne

http://services.sandre.eaufrance.fr/Courdo/Fiche/client/fiche_courdo.php?CdSandre=P17-0400

Posté par cedeca à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 novembre 2018

Hommage

Aujourd'hui nous célébrons le 100e armistice de la "Der des ders". De cette terrible première guerre mondiale, qui comme les autres fut ainsi que l'a dit Paul Valéry "le massacre d'hommes qui ne se connaissent pas au profit d'hommes qui se connaissent mais ne se massacrent pas".

Soyons réalistes, elle a pour beaucoup commencé dans la haine, haine qui a probablement fait tenir quantité de ces hommes dans cet enfer créé par elle. Pourtant j'aime penser que quantités de ceux qui y ont laissé leur vie, quantité de ceux qui en sont revenus, plus ou plutôt moins indemnes, ont souhaité de toute leur âme que leurs fils et leurs filles ne connaissent jamais pareille misère. Hélas...

J'espère de tout cœur que ce jour ne marque pas la fin d'un centenaire, la fin d'une commémoration. Car je comprends une commémoration comme ce temps partagé où ensemble nous nous souvenons de faits ou de gens pour ne pas oublier leur œuvre ou leur triste sort, comme un moment où nous travaillons à transformer cet héritage en un monde meilleur. Je ne souhaite pas que l'on tourne cette page pour ne plus s'en souvenir. Je ne veux pas oublier que des millions de personnes sont mortes dans d'horribles conditions et laisser de jeunes et modernes arrogants installer la peur et la haine pour que cela recommence.

Alors hommage à toutes ces femmes et hommes qui n'ont pas survécu à cette tragédie. Hommage à toutes celles et ceux qui ont l'ont vécue et qui ne peuvent plus nous la raconter. Et le plus bel hommage serait de ne pas renouveler ce cycle infernal. 

Je rêve d'une société de femmes et d'hommes bienveillantes et bienveillants.

 

En ce jour, pensée pour toutes les victimes avec une émotion plus personnelle pour :

Paul "Frédéric" Mouraby Mort pour la France le 26 septembre 1914 à Seicheprey ;

Pierre Marie Biguet Mort pour la France le 1er novembre 1914 à Ancenis ;

Alfred Joseph Marie Biguet Mort pour la France le 26 février 1916 lors du torpillage du croiseur la Provence II ;

Lucien Pierre Marie Bocquel Mort pour la France devant Verdun le 3 novembre 1916 ;

In memoriam.

 

Centaurea cyanus 3

Posté par cedeca à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


10 novembre 2018

Isac

Isac

Rivière française

Pour l'étymologie, selon le site Marikavel : "Isac ou Isach est le comparatif de Is, qui signifie bas. Steir-Isac ou rivière d'Isac a donc signifié primitivement rivière plus basse"

Long de près de 78 kilomètres l'Isac coule essentiellement en Loire-Atlantique, Rieux étant la seule commune morbihannaise traversée par son cours. Les autres se nomment, Abbaretz, Blain, La Chevallerais, Fégréac, Guenrouët, Héric, Joué-sur-Erdre, Plessé, Saffré, Tréhillac et Sévérac.

Originaire d'Abbaretz l'Isac se jette dans la Vilaine. Une partie de son cours est empruntée par le canal de Nantes à Brest.

 

Sources :

http://marikavel.org/bretagne/guenrouet/accueil.htm

https://www.annuaire-mairie.fr/riviere-l-isac.html

 

Posté par cedeca à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 novembre 2018

Hauts-de-Seine

Il est étonnant de constater qu'un qualificatif plus ou moins technique et compris de tous puisse, au fil des ans, devenir négativement connoté au point que l'on souhaite sans défaire dans le nom même d'un lieu ou d'une collectivité.  Tandis qu'un autre, certes son contraire reste ou est même rajouté telle une particule alors qu'il est au départ d'égale valeur.

Je précise : Les Hauts-de-Seine font partie de ces départements créés par la Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne. Entrée en vigueur le premier janvier 1968 elle découpe le département de la Seine pour en tirer ceux de Paris, des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis, tandis que la Seine-et-Oise est remplacée par les Yvelines, le Val-d'Oise et l'Essonne.

Les villes du Haut du département de la Seine seraient devenus les Hauts-de-Seine comme récemment une région s'est réinventée Hauts de France. Par ailleurs la Haute-Garonne et la Haute-Saône ont gardé leur toponyme lorsque la Seine inférieure est devenue maritime, la Loire inférieure, atlantique,comme les basses Pyrénées.

Mais revenons à nos sources et aux communes des Hauts-de-Seine où a pu s'inscrire notre histoire familiale : Antony, Châtenay-Malabry, Sceaux, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson et Boulgne-Billancourt ; cette dernière étant la seule traversée par la Seine.

Hauts de Seine

 

36 communes composent les Hauts-de-Seine qui, au recensement de 2014, comptait 1 597 770 habitants sur une superficie de 175,6 km2.
Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9organisation_de_la_r%C3%A9gion_parisienne_en_1964

08 novembre 2018

Garonne

Garonne

Fleuve espagnol et français long de près de 650 km depuis sa source dans le Pic d'Aneto en Espagne jusqu'à l'Océan Atlantique. 

Pour les rédacteurs du site vous voyez le topo, "l’étymologie de cet hydronyme ne fait pas de mystère : il s’agit d’une variante garra du pré-indo-européen kar, « pierre » accompagnée du suffixe gaulois -onna « cours d’eau »." Nous sommes donc sur une rivière rocheuse.

Elle traverse cinq départements français donc quatre lui doivent son nom : La Haute-Garonne, Le Lot-et-Garonne, le Tarn-et-Garonne et la Gironde, du nom de son estuaire. Les Hautes-Pyrénées forment le cinquième département dont seules une demi-douzaine de villes sont traversées par le fleuve.

Si son influence a forcément rayonné dans la vie de nos prédécesseurs dans les départements du  Tarn-et-Garonne et du Lot-et-Garonne , ce n'est que dans ce dernier, à Boé et Agen que mes ascendants ont vu passer le fleuve dans leur ville.

 

Voici une allégorie de la Garonne, le bras tendu et de l'Ariège son affluent tenant une cruche d'où coule l'eau de la fontaine Ariège Garonne à Toulouse

 Fontaine-AriegeG 03

http://www.lagaronne.com/

https://fr.geneawiki.com/index.php/La_Garonne_(fleuve)

https://www.annuaire-mairie.fr/fleuve-la-garonne.html

https://www.larousse.fr/encyclopedie/riviere-lac/la_Garonne/111428

http://vousvoyezletopo.blog.lemonde.fr/tag/garonne/

Posté par cedeca à 21:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 novembre 2018

Fontrouge

Fontrouge : Patronyme.

Le T ne se prononce pas, il reste la marque de la fontaine qu'il évoque. Une fontaine rouge.

Comme le précise l'étymologiste de Geneanet :

Dans son dictionnaire étymologique des noms de famille, Marie-Thérèe Morlet regroupe sous Font tous ceux qui tire leur nom d'une "source, fontaine caractéristique de la propriété", dont les "Fontferrier, Fonferrier (source ferrugineuse) Font-blanche, -brune, -rouge".

La dernière de mes ancêtres à porter ce nom fut Françoise Fontrouge et effectivement, elle fut source de vie : avec son époux Claude Salvage elle a eu 16 enfants, cela représente près de 12 ans de grossesse, comme je l'ai ici évoqué.

Françoise, née à Naucelles (Cantal) la veille du réveillon de Noël 1720, est la fille de Bertrand Fontrouge et de Marie-Anne Madunhac qui se sont épousés l'année précédente. Elle est la deuxième de dix enfants.

Pour les Fontrouge seul le père de Bertrand, Antoine est ensuite avéré dans nos branches. Il est possible qu'il soit l'époux de Françoise fille de Etienne Brolhiat et de Jeanne Fabre, et le fils de Jean Fontrouge, mais la source reste à confirmer.

arbre eau la nature forêt chemin Roche cascade plante Piste feuille trottoir fleur vieux rivière pierre mousse touristique jet marche courant mystère printemps vert luxuriant Couleur l'automne parc marron ancien botanique du repos Coloré jardin route flore saison les plantes plan d'eau la vie fraîcheur noyer Route de montagne excursion des arbres eau claire feuilles en plein air pylône Espagne couleurs Tuyaux la source végétation monter insectes gouttes Salamanca Natur le fer bulles jardins des bois pureté habitat pur après midi Automne forêt caractéristique de l'eau mélancolie Gobelins pression humidité intemporel gouttes d'eau déclenchement Route rurale feuille verte Druides pèlerin boisson non-alcoolisée boire de l'eau Sensations eau fraiche Sed Arrêtez le long du chemin jet d'eau Linares de riofr o La forêt d'honfria Forêt humide Désir de boire eau pure Eau cristalline

Sources :

Dictionnaire etymologique des noms de famille par Marie-Thérèse Morlet ; Edition du Club France Loisirs avec l'autorisation de la Librairie académique Perrin, 1991(P)

https://www.geneanet.org/nom-de-famille/FONTROUGE

Posté par cedeca à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 novembre 2018

Escorolles

Dans la thématique aquatique, les moulins s'aménagent aussi une place, du moins pour certains d'entre eux.

Escorolles est le nom d'un lieu-dit sur la commune de Cheylade dans le Cantal.

Nombre de cartes postales présentent aujourd'hui son château mais jadis un moulin à eau s'y dressait aussi ; le long du cours de la petite Rhue. Le dimanche 30 mai 1756, c'est dans ce moulin qu'est décédé (et a probablement travaillé) un de mes aïeux : Henry Loubeyre. Ce challenge me permettra peut-être de relancer les recherches autour de cet ancêtre pour préciser son cadre de vie et m'assurer de son ascendance.

Couvert en chaume, le moulin d'Escorolles (Cheylade) était en 1634 à la fois un moulin à céréales, à chanvre et un foulon à draps selon le site d'en pays de Gentiane (voir sources).

 

Cascade du Sartre Petite Rhue Cheylade (2)

La petite Rhue en cascade du Sartre.

L'activité de meunerie la plus connue est de réaliser de la farine à base de céréales, ce qui se pratiquait donc au moulin d'Escorolles.

Mais il servait aussi pour le traitement du chanvre le site de Jussieu (voir sources) explique qu'après rouissage (macération dans l'eau) et séchage dans un four du chanvre, "les bottes étaient ensuite sorties et écrasées dans une broyeuse (en deux passages) afin de séparer la filasse des autres parties de la tige. Ce broyage ou brayage se faisait en novembre ou décembre." Ensuite on dégageait à la main la filasse pour la stocker.

Une troisième activité s'y serait donc déroulée : le foulage de draps. pratiqué dans un moulin spécialisé "il servait à nettoyer les étoffes en les débarrassant de l’huile d’ensimage et autres colles employées en cours de fabrication, et à imbriquer les fibres les unes dans les autres. La pièce de tissus en ressortait propre, épaissie, et rétrécie tant en longueur qu’en largeur" m'apprend le site de la Fédération des moulins de France (voir sources).

Si l'on ne peut être au four et au moulin c'est peut-être aussi parce qu'il y a grand à faire dans ce moulin. D'ailleurs était-il à roue verticale ou horizontale. J'espère vous en dire plus quand j'aurais pu progresser dans mon objectif d'approfondissement de mes connaissances sur les moulins.

 

Sources :

http://enpaysgentiane.kazeo.com/les-moulins-a-eau-a121595676

http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/textiles/14-chanvre-transfo.html

http://www.fdmf.fr/index.php/documentation/technique/347-le-moulin-a-foulon-premier-moulin-de-l-industrie-textile-lainiere

Pour aller plus loin :

Association de la vallée de la petite Rhue

http://valrhue.pagesperso-orange.fr/index.html

Posté par cedeca à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,