01 juin 2017

Aurillacois pour A

Quand commence 1867, Jean Papon, le dernier aurillacois de mes ascendants, est dans sa cinquante-troisième année et a encore trois enfants avec lui :

  • Guillaume, 12 ans, qui plus tard rejoindra la capitale probablement dans le sillage de son oncle maternel Antoine Auriacombe ;
  • Marie, 8 ans, la seule fille du couple qu'il formait avec Louise Auriacombe ;
  • Guillaume Joseph, qui a eu 5 ans le 14 janvier de cette année 1867.

Habitent-ils encore la  Maison Lasfargue,  Rue du collège à Aurillac ? En tout cas c'était leur adresse le mardi 1er mai 1866 lors du décès de leur épouse et mère Louise Auriacombe, à 33 ans seulement.

 

Auparavant le couple avait perdu deux enfant, un deuxième petit Guillaume décédé en 1858 à 6 mois et Pierre Martin deisparu en 1863 à l'âge de 6 ans.

D'après l'acte de décès de Jean, qui a encore 30 ans à vivre, ne s'est pas remarié. J'ai longtemps cru que personne n'avait occupé la même place que Louise auprès de lui, et cela m'avait procuré un sentiment que je ne saurais définir, mêlé de nostalgie, d'admiration et de respect. Sans que rien de concret ne vienne étayer cela (la généalogie est aussi une machine à rêves).

Seulement d'après un recensement, difficilement lisible et dont j'ai égaré la copie et la référence, (Oui je sais Sophie, il y a du boulot) il se pourrait que, compagne ou aide, quelqu'un ait partagé sa maison. Cela reste à vérifier, mais ne serait pas illogique, ancien maréchal-ferrand (profession qu'il a également exercé à Marcenat et Marchastel), serrurier sur Aurillac, il fallait bien que quelqu'un veille sur les enfants encore jeune.

Un beau temps de recherche sur les recensements aurillacois à venir donc. Cela me permettra également de mieux préciser la date de départ de Guillaume, mon aïeul, vers la capitale où il épouse en 1884 Eugénie Becker.

 

Depuis son mariage avec Louise Auriacombe, le 28 septembre 1853, Jean a a priori quitté Marcenat son village natal, pour s'établir à Aurillac la ville de son épouse.

Le samedi16 décembre 1854 Guillaume, leur aîné, naît Maison Carrier Rue Des Dames,

Le mercredi 7 mai 1856 Pierre Martin naît à marchastel, toujours un village cantalou, où Jean a du s'installer comme maréchal-ferrand avec sa famille.

Le mardi11 août 1857 ils sont revenus à Aurillac Maison Delmas,  Rue des Dames où naît Guillaume le cadet

Le mardi 21 décembre 1858 c'est dans le Boulevard de Pavalou - Maison Delarbre  que naît Marie

le lundi 2 mars 1863 ils sont déjà arrivés Maison Lasfargue rue du Collège lorsque décède Pierre Martin, c'est a priori leur demeure la plus stable, mais la plus triste aussi.

 

Première publication : 1er juin 2017

Dernière mise à jour : 1er juin 2017.

Posté par cedeca à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 juillet 2015

AURIACOMBE

Auriacombe patronyme : surnom de l'homme qui était originaire du lieu-dit Auriacombe, à Marmanhac, dans le Cantal de " la vallée exposée au soleil" de aurea, doré et de combe, vallée encaissée, sèche.

 

Dans mes branches :

Lieux fréquentés : Aurillac, Giou-de-Mamou, Reilhac, trois communes du Cantal (15) et donc probablement une quatrième : Marmanhac...

Prénoms portés : Antoine, Jacques, Jean, Louise, Pierre,

Dates extrêmes ca 1677, 1866

Sources : 

Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille Librairie académique Perrin, 1991

Pierre-Gabriel Gonzalez, Dictionnaire des noms de famille en Auvergne, De Borée, 2001

MAJ : 01/07/2015