02 juin 2017

Becker de mère en fille pour B

BECKER Anne Catherine est née le vendredi 10 novembre 1797 à Vahl-Ebersing (57), de BECKER Jean Michel (°1760 +1829), Forestier impérial, et de BERGER Marguerite (°1762 +1809).

Elle accouche le samedi 1er juillet 1826 à Macheren (57), dans la maison de son père, désigné comme manoeuvre de  BECKER Anne Marie. Si l'enfant porte le même nom que sa mère, c'est bien parce que le père n'est pas identifié. Fait rare pour l'époque, c'est la soeur de la parturiante qui déclare la naissance de l'enfant, elle a pour nom Anne Marie Becker. Le même prénom que sa nièce dont elle est probablement la marraine.

Le 10 mars 1862 dans la capitale, Anne Marie reconnaît sa fille Eugénie née le 30 janvier précédent. Quelqu'un lui a dit qu'elle pouvait ou devait le faire. Du coup elle reconnaît le même jour BECKER Nicolas, né le dimanche 12 octobre 1851 et BECKER Marienée le mercredi 29 juillet 1857. Trois enfants, trois désignations pour Anne Marie. Elle est nommée Annette sur l'acte de naissance de Marie Anne, Marie Anne sur celui de Marie et Anna Catherine sur celui d'Eugénie dont l'officier d'Etat civil est allé chercher copie. Lorsqu'est citée sa date de naissance il s'agit toujours du 1er juillet 1825, parfois à Saint-Avold (chef-lieu de canton de Macheren) parfois à Mochen. Un père ? Deux ? Trois ? Je ne sais pas lui ou eux ne sont jamais nommés.

Anne Marie réside au 13 de la Rue Bailly lorsqu'elle reconnaît ses enfants. D'abord ouvrière en bronze ou bronzeuse, Anne Marie sera ensuite brodeuse.  

Le lundi 30 novembre 1863 Rue Bailly toujours au N°13 Marie meurt à l'âge de 6 ans. Je n'ai pas encore retrouvé trace de Nicolas, vous savez depuis Aurillacois pour A qu'Eugénie épouse Guillaume Papon en 1884.

Lorsqu'elle déclare la naissance d'Anne Marie, sa tante fait sa marque ordinaire, une croix, au lieu de signer. Je ne connais aucun acte auquel Anne Catherine ait été présente et suis donc ignorant de son instruction. Mais dans les probables difficultés de leur vie Anne Marie et Eugénie ont au moins appris à signer, je trouve cela remarquable.

Le rapport avec 1867 me direz-vous ? Je ne sais pas pour Nicolas. Anne Marie et Eugénie vivent dans la capitale. Mais si je ne sais pas comment Anne Marie y est venue, j'ai découvert qu'elle avait emmenée ou avait été emmenée par sa mère. Je ne sais pas si elles sont restées proches, il n'y a pas de recensement à Paris à cette époque. En tout cas le dimanche 3 février 1867 à Paris, Boulevard de Ménilmontant, Anne Catherine Becker s'éteint à 69 ans.

Je ne sais rien de leur caractère, pas grand-chose de leur vie, mais je ressens une tendresse particulière à l'évocation du parcours de ces trois femmes.

Becker Eugénie signature

Signature de Becker Eugénie

 

Première publication le 2 juin 2017

Dernière modification le 2 juin 2017

 

 

Posté par cedeca à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 juin 2015

Aptonyme... pour A

Aptonyme : nom masculin, patronyme adapté à son porteur, tant il se rapporte à son métier, son occupation son lieu de résidence ou son physique par exemple. L'aptonyme serait un néologisme d'origine quebécoise. Quand le patronyme est inadapté on parle d'antaptonyme.

On pourrait considérer que nombre des surnoms qui sont devenus des noms sont des aptonymes, Becker ou Fournier pour le boulanger, Modenese pour celui qui vient de Modene, Lebreton, etc, etc

Mais pour l'instant à part ce type d'ancêtres, seule Anne Fleury, cultivatrice semble porter un aptonyme dans mes branches...

Par contre, Jean Berger, cabaretier en Moselle et son père Joseph auraient plutôt porté des antaptonymes.

 

Bergers santons de Provence

Sources : http://www.pincetonfrancais.be/v1/article.php3?id_article=36

07 janvier 2014

Ce que je ne dois pas procrastiner en 2014

Non, ce n’est pas un gros mot ! Un mot long éventuellement,  digne d’un cours d’articulation, je vous l’accorde. Cependant après avoir vu sur de nombreux blogues généalogiques  des éloges de la sérendipité ( talent de trouver ce que l’on ne cherche pas, voir le Challenge AZ sur scoop.it de Guépier 92 par exemple qui cite http://www.mysciencework.com/news/5873/serendipite-le-role-du-hasard-dans-les-decouvertes#.UOh3jXdaZcY), je me suis dit qu’il fallait, qu'en pendant, je vous parle de ce petit défaut qui peut me qualifier : la procrastination (tendance à tout remettre au lendemain).

Quel meilleur moment pour ce faire que la saison des résolutions. J’avais pourtant décidé que l’on ne m’y prendrait plus, mais l’émulation étant ce qu’elle est, j’ai voulu rejoindre mes collègues qui pratiquent le généathème et participer à ce petit bonus.

J’y réfléchissais déjà un peu dans cette période de remise en question que peut constituer une année qui s’initie;  me disant que pour s'y tenir il ne fallait pas trop de résolutions. Au fait, ceci mérite une petite définition qui permettra de remettre la procrastination dans son contexte. Pour moi, une bonne résolution (car c’est ainsi que doivent être celles de la nouvelle année) n’est pas un programme, mais l’engagement de changer un défaut. Je songeais donc à prendre quelques résolutions, mais à les limiter à une par trimestre lorsque Sophie Boudarel a lancé son idée :" réfléchissez à une action liée à la généalogie que vous repoussez sans cesse" puis nous propose de prendre une résolution par mois.

Or un mois à l'échelle généalogique, ce n'est rien, donc je reste sur mon petit trimestre mais je publie les quatre projets à ne plus remettre aux lendemains (procrastisnation).

  • Finir de scanner les diapositives de ma grand-mère, et si tout se passe vite voir si je ne peux en récupérer d’autres ou élargir sur un travail sur les photos (en profiter pour demander aux cousins s’ils n’ont pas quelques trésors ignorés de moi).
  • Envoyer des courriers de demandes de renseignements à la Fondation Bon Sauveur, au cimetière, voire à la mairie de Bégard pour savoir ce qu’Anne Marie Becker, mosellane exilée à Paris, est allé faire en Costarmorique.
  • Demander le dossier de naturalisation de mon arrière-grand-mère italienne, et tant que j’y suis vérifié s’il n’y a rien eu de fait pour sa mère.
  • Mettre à jour mes contacts via Généanet ou tout autre support et surtout alimenter les échanges avec eux, échanges que d’autres activités m’ont fait délaisser où pour lesquels j’attendais des réponses pour écrire.

Donc maintenant c’est à vous de jouer, vous me tenez lieu de témoins et si j’ai tout suivi pour une fois, au moment du bilan 2014 je refais un point sur ces engagements généalogiquement non solennels.

Et à ceux pour qui je n’en ai pas eu l’occasion, une merveilleuse année 2014, parsemée de trouvailles et de joies généalogiques mais surtout de santé et de bonheurs familiaux.

Et au fait Bonne fête Papi.

Posté par cedeca à 16:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 décembre 2013

22 comme 22 voilà Bégard

22 numéro départemental des Côtes d'Armor, ou plutôt à l'époque des Côtes du Nord... Oui cela veut dire la même chose mais c'est vrai qu'Armor sonne mieux.

Mais bon je n'ai pas d'ancêtre costarmoricains. Mais mon Anne-Marie, Anne-Marie Becker, est allé y mourir, à Bégard oui précisément, et je ne sais pas pourquoi.

Anne-Marie est née de père inconnu le premier juillet 1826 à Macheren en Moselle. Elle est venue à Paris, probablement avec sa mère Anne-Catherine. Elle y a donné naissance à trois enfants, Nicolas, Marie et Eugénie (mon aïeule) tous de père inconnu, qu'elle a reconnu d'un bloc en 1862 à la naissance de la petite dernière. Quelqu'un a du lui apprendre que même s'il était évident que sorits de son ventre les enfants étaient siens, il fallait tout de même les reconnaître.

Et au mariage de sa fille Eugénie, voilà que l'on apprend qu'Anne Marie est décédée le 17 avril 1883 à Bégard dans les Côtes du Nord. Information originale, Que diable est-elle donc allée y faire ? Pas y résider à priori sur l'acte de décès il est indiqué qu'elle habite Paris. Alors ? Voyage de courtoisie, de santé,  ou professionnel, Anne Marie a exercé deux métiers au moins : ouvrière en bronze et brodeuse, a moins qu'elle n'ait suivi son homme du moment? Mystère et boule de gomme, on y perdrait l'armor...

Parfois je rêve d'un document qui de trouverait en mairie de Bégard et qui expliquerait de quoi est décédée Anne Marie si loin de chez elle. Mais bon je vais peut être commencer par demander si elle a été ensevelie là-bas elle et ses mystères qu'elle a si bien brodés...

Abécédaire

Petite coïncidence (ben oui je les aime celles-là) en cherchant pour écrire ce billet j'ai vu qu'a Bégard aurait été enterré Alain de Penthièvres, de qui je descendrais par la cuisse gauche (pas la sienne)...

A suivre

Posté par cedeca à 22:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01 avril 2013

A la recherche de ... Anne Marie Becker

A la recherche de ...

C'est le premier moteur pour moi de la généalogie : un jeu de piste, un puzzle, une chasse au trésor, une recherche historique, géographique, parfois linguistique. Tous les ingrédients nécessaire pour ne pas s'ennuyer et découvrir à chaque impasse passagère une idée neuve à creuser.

Ces ancêtres que nous ne connaîtrons jamais bien, dont nous ne savons pas souvent s'ils étaient charitables, sympathiques, drôles ou franchement brutes, voire odieux sinon mélancoliques, nous nous attachons à eux par les petites histoires et par les difficultés que nous avons eu à les trouver.

Ainsi donc Anne Marie Becker.

Je l'ai rencontrée lors du mariage de sa fille Eugénie.

Eugénie se marie à Paris dans le douzième arrondissement le jeudi 28 février 1884 avec Guillaume Papon. Sur son acte de mariage il est précisé qu'elle est fille de Anna Marie Becker décédée le 17 avril 1883 à Bégard (Côtes-du-Nord).

Il est aussi indiqué qu'Eugénie est née le 30 janvier 1862 dans le sixième arrondissement et qu'elle a été reconnue par sa mère.

Sur l'acte de naissance d'Eugénie, Anne-Marie est appelée Anne Catherine. Le 10 mars de cette année 1862, Anne Marie reconnaît Eugénie et ses deux aînés. Le 12 octobre 1851, à la naissance de Nicolas, elle est appelée Annette, le 29 juillet 1857 on l'appelle Marie Anne sur l'acte de naissance de Marie. Sur ces actes de reconnaissance elle rétablit ses prénoms : Anne Marie, et donne comme date de naissance le premier juillet 1825 à Saint-Avold (Moselle). Autre renseignement, Anne Marie sait signer.

 

Becker Anne Marie Signature

 

Après un envoi de courrier à Saint-Avold et une fausse piste qui m'orienté sur une homonyme, née de Georges Beck et Barbe Koch, il s'est avéré qu'aucune Anne Marie Becker n'était née à Saint-Avold à la date indiquée.

Puis est arrivé l'acte de décès depuis Bégard, aujourd'hui dans les Côtes-d'Armor, au fait, qu'y faisait-elle ? Voilà une nouvelle énigme.

Mais reprenons le fil de notre première recherche...Sur cet acte elle est native de Mochen. Alors reprenons la recherche à Mochen en Moselle. Sauf qu'en Moselle ou dans un tout autre département français d'après le guide des codes postaux pas de trace de Mochen, excusez moi mais c'est moche.

C'est donc le moment de regarder la liste alphabétique des communes de Moselle et d'y trouver le nom de Macheren. Vérifions toujours, Macheren, Canton de Saint-Avold. Voilà qui est intéressant mais là bas non plus pas d'Anne Marie née le 1er juillet 1825. Non pas en 1825, mais le 1er juillet 1826 Anne Catherine Becker accouche d'une petite Anne Marie.  Serait ce là mon aïeule ? Pas de certitude mais une forte présomption, les pièces du puzzle ne s'emboîtent pas parfaitement mais les coïncidences se montrent trop nombreuses.

Grâce au forum du portail mosellan de généalogie et à Chrislorraine, qu'elle en soit ici remerciée,  j'ai su que les familles du canton de Saint-Avold avait été reconstituées. Après avoir écrit pour obtenir des renseignements; j'ai eu la chance de correspondre avec l'auteur de l'ouvrage qui m'intéressait. Il m'a dit qu'Anne Marie ne s'était pas mariée dans sa ville,qu il n'y avait pas de trace non plus de son décès ni de celui de sa mère.

C'est donc qu'Anne Catherine a du partir avec sa fille pour Paris... Anne Catherine ressemble bien à une aiguille dans le foin parisien et pré communard en plus, peut être que ces seules traces franciliennes se sont envolées dans les incendies qui ont détruit les registres parisiens. Mais peut être que seule Anne Marie est venue dans la capitale, sa mère s'arrêtant à Bégard, ou ailleurs ? 

A suivre...

 

 

 

 

 

Posté par cedeca à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,