03 juin 2016

Il débuterait le mot compote

Si ma grand-mère était un C...

Il débuterait le mot compote... Celle qu'elle nous faisait dont je n'ai jamais retrouvé le goût ailleurs. Simplicité et fraîcheur, rien de sophistiqué, rien d'artificiel, mais une onctuosité et une texture très agréables au palais.

Parfois en enfants trop gâtés sous égoïstement blasés nous len oubliions dans le réfrigérateur. Cependant le plus souvent le saladier plein ne survivait pas l'heure qui suivait son dépôt sur la table familiale.

Posté par cedeca à 21:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 juin 2014

C comme carnaval

Il est des loisirs qui pouvaient se pratiquer toute l'année, il en est d'autres qui se préparaient (et se préparent encore) toute l'année.

Carnaval est de ceux là. Avant le carême et les privations il est un moment dans l'année où les petits (pas les enfants au départ, non les pauvres gens) pouvaient se lâcher. Un jour où tout est permis ou presque où les rôles s'inversent (le moins possible quand même, mais...) Ce jour ou ces jours avant le mardi-gras de prélude au jeûne où "derrière mon masque je fais ce que je veux je veux..." c'est Carnaval...

Certains sont célèbres : Nice, Dunkerque, Venise, je suis sûr que vous en connaissez de nombreux. Et bonhomme Carnaval que l'on brûle ou tout autre personnage : Bineau par exemple en Hurepoix.

Chaque région a ses traditions propres qui se retrouvent sans son carnaval.

En Carneval : Le Rappel avant la cavalcade

En Carneval : Le Rappel avant la cavalcade - 1

 Cette fête se préparait toute l'année, par les conscrits, par les familles, par tout à chacun, les uns préparant les chars, d'autres les victuailles, d'autres masques et costumes pour se réjouir, sans limites... (Mais pas toujours sans abus).

Ces jours là les verrous sautent. Et un sentiment de liberté, liberté de manger, de boire, de parler... s'installe.

Quelques rencontres ont du se faire derrière les masques, quelques aïeux ont du être conçus sous l'égide de Bonhomme Carnaval. Quelques malheurs ont du s'oublier...

Pour moi Carnaval ce sont des vélos et des chars fleuris préparés durant quelques soirées avec du fil de fer et du papier crépon et du chocolat chaud.

Je n'ai pas encore répertorié d'histoires d'ancêtres carnavalesques et vous ?

 

Quant à l'histoire et les origines, certains font cela bien mieux que moi.

 

Posté par cedeca à 06:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 avril 2013

Consanguinité et dispenses

Il y a parfois des recherches que je laisse longtemps sur  une étagère en pensant qu'elles seront simples puisque je sais ce qu'il faut faire. Enfin presque... Je connais le document qu'il faut pour remonter mais en fait je ne suis pas si sûr de l'endroit où je pourrais sinon devrais le trouver. Dans ces cas là je procrastine, (je commence demain) et cela retarde le plaisir ou la frustration avant la découverte.

Telle est la situation des dispenses de consanguinité.

Sous l'ancien régime certains couples étaient empêchés de se marier parce qu'ils avaient un ascendant commun jusqu'à la quatrième génération, au niveau d'un arrière-arrière grand-parent. Empêchés jusqu'à ce qu'ils obtiennent une dispense. Pour un des couples de mon ascendance une bulle du pape a même prononcé la dispense, par quel chemin la demande est-elle passée ?

Bref, ces dispenses pourraient me débloquer quelques épines généalogiques d'ancêtre dont je ne connais pas les origines où pour qui elles sont douteuses. Je vais peut-être au bout du compte me décider à aller sur place, demander de l'aide à une association dont je suis membre ou mandater un généalogiste pour enfin avoir une de ces dispenses sous les yeux.

 

Consanguinitet

 

Par ailleurs, quand j'ai commencé à remonter dans le temps à la recherche de mes ancêtres je suis assez rapidement tombé sur un couple revenant une deuxième fois dans ma généalogie. Endogamie du petit village oblige.

Cela m'avait surpris à l'époque, un peu dérangé peut-être aussi. Alors que maintenant ; bien des générations plus haut il est vrai ; je rêve du moment où deux de mes quatre premières branches (celles de mes grand-parents) se croisent.

C'est possible même si je ne sais pas si je pourrais le démontrer. Puisque le même petit village cantalou apparaît dans mes notes pour mes deux grand-pères. Pour l'un c'est le point de départ d'un immigré breton, pour l'autre c'est le bourg du hameau qui a donné le nom à l'un de ses ancêtres.

 

Posté par cedeca à 03:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,