05 juin 2017

Denoeux pour D

Saviez-vous que Denoeux était un prénom ?

Je n'ai pas croisé d'ancêtre, de collatéral ou d'autre personne dans un registre qui ait été baptisé ainsi. Mais comme Maclou ou Ouen, Saint Denoeux a donné son nom à un village. Depuis sa tête (!!!) et son prénom ont disparu de nos mémoires (même sur nominis.fr, site de référence pour trouver l'histoire d'un saint), reste le toponyme.

En 1867 je n'ai plus d'ancêtre résidant dans ce village du Pas-de-Calais, seule lien encore vivace avec Saint-Denoeux, Marie Clara Césarine Osselin, la dernière de mes aïeux à en être native. Sa mère Marie Victoire Lucie Constantine Gline ( Confirmation par les prénoms nombreux et variés que nous sommes bien en Nord-Pas-de-Calais) accueillait des enfants de Paris en nourrice. La fille est partie s'y installer.

Clara, puisque c'est ainsi qu'on l'appelle au quotidien, a trois enfants encore : Georgette Clémentine 6 ans, Marie Léontine 4 ans, toutes deux reconnues à leur naissance, mais légitimées en 1863 par le mariage de Clara et de Louis Stanislas Pfeiffer. En 1864 le couple a eu un fils Louis Eugène qui n'a vécu que huit mois.Un petit Alfred Louis va lui vers ses deux ans. Si les deux soeurs se marieront, seule Marie Léontine fera souche, malheureusement Alfred décèdera en 1869.

Clara illustre assez bien les petits métiers que les parisiens peuvent ou doivent exercer, elle a été journalière, coutturière et marchande des quatre saisons.

Saint-Denoeux est un tout petit village, peu d'habitants mais a priori une spécialité de fabrique de bas. Peu d'images aussi, je n'ai pas encore trouvé de cartes postale de Saint-Denoeux. Juste quelques rares panoramas

st denoeuxVue du village de Saint-Denoeux (Pas-de-Calais)

Première publication le 5 juin 2017

Dernière modification le 5 juin 2017

Posté par cedeca à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


04 juin 2014

D comme Dames

Aller à Dame, Damer le pion, Echec et mat, certaines expressions des jeux populaires sont devenus des expressions de la vie courante.

Dames et jeux de damiers, d'échiquier, de stratégie ou leurs ancêtres occupent les loisirs des nôtres depuis l'antiquité.

Connaissez vous l'alquerque, les latroncules, le mehen ? Ce sont les racines généalogiques de nos jeux de stratégie actuels.

Dans les thermes, dans les cabarets, sur les forums et places publiques les anciens se défiaient amicalement, cependant vous aurez noté que ces jeux sont des paraboles de la guerre. Mais aussi des jeux qui permettaient aux parents d'apprendre à leurs enfants à anticiper, à réfléchir. Un support de transmission et de discussion.

Et vous qui vous a appris à aller à Dame ou à mettre en échec ?

 

Pièce du jeu d'échec de Charlemagne : piéton

f1

 

Saviez-vous qu'il existe une Fédération Française du jeu de Dames ?

 

Source geoludie.com

Posté par cedeca à 06:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 avril 2013

Droit à la mémoire

La généalogie bruisse en ce moment de ce droit à l'oubli que l'Europe s'invente.

Etrangement ou évidemment c'est pour le droit à la mémoire que je fais de la généalogie.

Je me suis souvent demandé si cela faisait quelquechose à ceux que je retouvais dans un registre de sortir leur nom de l'oubli ? Probablement rien à part une belle jambe... dans l'écriture de leur prénom ou de leur nom. Moi, sans avoir réfléchi au pourquoi, j'y vois un hommage, une marque de respect.

Ils ont laissé une trace, (immortelle ? La question est trop vaste) un souvenir que j'aime retrouver dans les vieux papiers (surtout) et dans leurs sauvegardes numériques (plus accessibles, moins chers et disponibles la nuit). Je sais que certains d'entre eux étaient peu recommandables, mais je ne sais pas lesquels et c'est une forme de tendresse que j'éprouve en me penchant sur les documents qui me les découvrent.

Est-ce un petit retour à la vie, une envie de laisser moi même une trace, le sentiment que je fais partie de la même chaîne qui se succède depuis eux jusqu'à moi et mes enfants ?

C'est surtout une curiosité, un désir de savoir ce qui était avant : les gens, les métiers, les lieux, les coutumes, les langues ou patois.

Je pense qu'ils ont un droit à la mémoire parce qu'ils sont la mienne. De leurs histoires découlent la nôtre. Ce que nous savons d'eux expliquent qui nous sommes aujourd'hui.

 Gabriel Dante Rosetti, Mnemosyne

Alors aujourd'hui je remercie  Mnémosyne la mère des muses et déesse de la mémoire de nous laisser un droit à l'oubli de notre vivant et au souvenir quand nous ne sommes plus que cela.

Posté par cedeca à 00:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,