22 juin 2017

Selves pour S

Le six septembre mil-huit-cent-soixante-sept Antoine Selves à vingt ans. je ne pense pas qu'en cette période cela se fête...

Donc Antoine a vingt ans et je ne sais pas où il est... 

En début d'année probablement à  Birou commune de Tournon-d'Agenais avec ses parents François et Françoise Maronne, son grand-père maternel, dont il porte certainement le prénom. Avec son cadet aussi : Antoine, de cinq ans et cinq jours plus jeune. Ils partagent aussi cela avec leur grand-père : porter le même prénom que leur frère... Cependant si dans les actes on désignait les Maeonne comme Antoine prmier ou second du nom, chez les Selves le benjamin est appelé Basile. Et avec leur soeur :Françoise, comme sa mère et les deux tantes de celles-ci. Mais cette Françoise là répond au doux prénom de Justine...

Il n'y a pas ! Dans cette famille pour s'y retrouver dans les papiers c'est sévère.

 

Pour les générations suivantes j'ai remarqué qu'en Quercy, comme dans le Pas-de-Calais, le premier prénom d'une personne est rarement son prénom.usuel. Donné par le parrain ou la marraine ce prénom a une forte valeur symbolique mais le prénom du quotidien vient en deuxième ou troisième position. Au moins il est dans l'état-civil...

Quoique, le fils d'Antoine l'aîné porte les prénoms Blaise Antoine sur les registres mais ce fut pépé Basile, comme son oncle. 

 

Mais revenond en 1867, année de la première classe matricule. Je nai pas trouvé encore la fiche d'Antoine, les fiches matricules du 47  ne sont pas encore en ligne... Néanmoins il est probable que dans l'année il ait été appelé sous les drapeaux pour son service militaire.

Vivement la mise à jour du Grand mémorial pour le Lot-et-Garonne.

 

 

 

Posté par cedeca à 23:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07 juin 2017

Fondeur sur métal pour F

Antoine Maronne, premier du nom, naquit le 27 février 1795 à Cheylade dans le Cantal. Premier du nom c'est ce que dit son acte de mariage, car Antoine second du nom vint lui au monde en mai 1797 des mêmes géniteurs : François Maronne et Françoise Florat. La fratrie ne fut apparemment composée que de ces deux frères, mais de deux soeurs aussi prénommées Françoise pour la première qui rejoignit la famille le 3 juin 1799 et Françoise pour la benjamine qui montra le bout de son nez le 27 juillet 1802.

Les deux frangines ont donc porté le même prénom que leur mère, quand les frangins se virent a priori donner le nom de baptême de leur grand-père maternel.

Antoine premier du nom se maria donc (tout comme le second)... Il épousa le 12 octobre 1821 une cheyladaise, Anne Plantecoste.

Deux filles complétèrent le ménage, toutes deux nées aussi à Cheylade. De manière originale, l'aînée prit en 1822 le prénom de sa grand-mère paternelle ; Françoise. A la cadette fut transmis celui de sa mère :Anne en 1825.

C'est dans un autre département que Françoise convola le 26 octobre 1846 en justes noces avec François Selves dans la commune de Tournon-d'Agenais sise en Lot-et-Garonne. Comment notre jeune fille aterrit en Agenais ? Le plus simplement du monde, en suivant ses parents.

Antoine, issu d'un miieu agricole, est devenu fondeur sur métal et il dut se déplacer pour trouver ce travail vraissemblablement.

Dans les recensements de  Tournon d'AgenaisFrançoise, son mari et ses enfants faisaient parti du ménage dont Antoine était le chef. Au fil des ans cela évolue et François Selves notamment dans ce dernier recensement de 1866 est devenu le chef du ménage dont fait partie son beau-père. En 1867 Antoine vit toujours auprès de sa fille dans ce lieu de Birou à Tournon.

Et donc qu'est ce donc que ce métier de fondeur sur métal. Et bien je dois concéder que je n'en suis pas bien sûr. C'est surtout cette précision sur métal qui m'étonne. D'après le dictionnaire des vieux métiers de Paul Reymond (Brocéliande) le fondeur est un artisan moulant les objets métalliques ou de fonte. , pas encore suffisamment bien cherché fonte.

Je n'ai pas encore trouvé, pas encore suffisamment bien cherché, l'usine ou la fabrique où pouvait bien travailler Antoine ?

 

 

Eugène Carrière - Le Fondeur (The Foundry) - Google Art Project

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheylade

memchau.free.fr Dictionnaire des vieux métiers 1 200 métiers disparus ou oubliés (Brocéiande) Par Paul Reymond.

 

Première publication : 7 juin 2017

Dernièe modification 7 juin 2017