11 juin 2015

Jurat... pour J

Jurat, nom  masculin; Sous l'ancien régime, magistrat municipal dans les villes de l'ouest et notamment du sud-ouest de la France (serait l'équivalent des échevins). Le nom viendrait de la prestation de serment faite par cet ancien conseiller municipal.

Jean Delbrel vécut au milieu du 18ème siècle (vers 1739-1779) à Roquecor. Il était laboureur, il fut jurat.

Roquecor (Tarn-et-Garonne) - Avenue de Montaigu Cliché Pommiès, à Dausse (L

Posté par cedeca à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


02 juin 2015

Borderie ... pour B

Borderie : nom féminin, petite métairie, donc petit domaine agricole loué à un preneur, le bordier, qui partage les récoltes avec le propriétaire.

 

Antoine Plagnes, époux de Marguerite Lamothe-Lambert est désigné comme bordier dans l'acte de naissance de son fils Sébastien en 1834 à Roquecor, aujourd'hui situé dans le Tarn-et-Garonne. Originaire de Massoules (Lot-et-Garonne), il était inscrit comme laboureur sur son acte de mariage ( à Penne-d'Agenais) et sur les actes de naissance de ses cinq premiers enfants.

Le laboureur est propriétaire de ses outils. Antoine est-il donc venu à Roquecor pour cultiver un plus large domaine et en partager les fruits ou suite à un revers de fortune a-til du travailler chez un autre ? 

Roquecor (Tarn-et-Garonne) - Vue générale côté Nord - Avenue d'Agen

Sources : Archives du Lot-et-Garonne, Archives du Tarn-et-Garonne, Petit Robert

20 avril 2013

Roquecor

Nous voilà dans le Tarn-et-Garonne, plus précisément dans le Quercy blanc

Roquecor, Ruppe Cornu de son nom au temps jadis, était peuplé déjà du temps des Celtes. Étymologiquement, Roque, de l’occitan Roca, désigne un château construit sur une butte et Cor, du latin Cornu, signifie pointu.

On comprend, par sa toponymie, sa position maîtresse. Perché sur un piton rocheux surplombant la vallée de la Petite Séoune, Roquecor surveillait les voies conduisant du Quercy à l’Agenais et de la vallée du Lot à celle de la Garonne (© CDGFPT 82 2011)

C'est Nancy Anne-Marie Crayssac, la grand mère maternelle de ma grand-mère maternelle qui m'a emmené à Roquecor. 

En généalogie, on finit par avoir de la tendresse pour ceux qui sont difficiles à trouver, où qui tranchent. La branche Crayssac a quelques particularités.

Nancy, c'est d'abord un prénom peu courant. Crayssac un nom qui sonne et qui résonne. Et c'est une famille qui donne du fil à retordre.

Le père de Nancy avait Jean pour nom de baptême, mais on l'appelait Victor. Peut être parce qu'à Roquecor, deux jours avant lui naissait un autre Jean Crayssac. Il a épousé Marguerite Plagnes, et c'est le premier contrat de mariage (et à ce jour le seul) que j'ai obtenu. Les parents de Jean, appelé Victor en famille,comme nous l'apprenons dans cet acte, lui ont donné une chambre dans leur maison et un lopin de terre à cultiver.

Victor est tailleur de pierres. Il est aussi maçon comme son père Pierre et son grand-père Jean. Jean est né dans la commune voisine de Saint-Amans-du-Pech, à l'instar de son père Guillaume et de son aïeul Pierre, forgeron.

Les actes dans ce coin du Tarn-et-Garonne ne sont pas tous scrupuleusement rédigés.

J'ai très longtemps cherché Pierre le père de Jean, époux de Marie Pinède. Plusieurs Pierre Crayssac sont nés dans la commune de Roquecor (mais il aurait pu naître ailleurs) à des dates plausibles, mais aucun acte de décès ne coïncidait, ils étaient mariés à d'autres femmes que Marie Pinède.

Et pas de trace du mariage. Marie était de Penne d'Agenais dans le Lot-et-Garonne, le mariage s'était probablement tenu là-bas, je n'avais pas accès aux actes.

Marie a quitté ce monde en 1875, Pierre était veuf. Veuf de Marie, il l'était aussi de Marie-Anne Guignes, sa première épouse décédée en 1836. Et c'est en trouvant cet acte en remontant tous les Pierre que la lumière est venue. Car en 1892, un Pierre Crayssac, né à une date plausible pour en faire le père de Jean Victor, décède veuf de Marie-Anne Guignes. Le responsable de l'état civil n'avait cité que le nom de la première épouse.

Les actes sont ici moins complets qu'en Loire-Atlantique par exemple, et les témoins sont plus souvent extérieurs à la famille. Les prénoms changent encore plus souvent d'un acte à l'autre. Les noms d'usage sont différents des noms de baptêmes, et si Victor est toujours appelé Jean dans les actes d'état civil, je recherche toujours un Balthazar Demeaux, de Touffailles, qui peut être s'appelle aussi Mathieu. Sa femme Catherine Aurigal a probablement été inscrite sur son dernier acte comme Catherine Demeaux, alors qu'en état civil une femme porte toujours son nom de jeune fille...; Bref les puzzles du Quercy sont les plus complexes.

 

Roquecor (Tarn-et-Garonne) - Avenue de Montaigu Cliché Pommiès, à Dausse (L

 

                                             

Posté par cedeca à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,