09 novembre 2018

Hauts-de-Seine

Il est étonnant de constater qu'un qualificatif plus ou moins technique et compris de tous puisse, au fil des ans, devenir négativement connoté au point que l'on souhaite sans défaire dans le nom même d'un lieu ou d'une collectivité.  Tandis qu'un autre, certes son contraire reste ou est même rajouté telle une particule alors qu'il est au départ d'égale valeur.

Je précise : Les Hauts-de-Seine font partie de ces départements créés par la Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne. Entrée en vigueur le premier janvier 1968 elle découpe le département de la Seine pour en tirer ceux de Paris, des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis, tandis que la Seine-et-Oise est remplacée par les Yvelines, le Val-d'Oise et l'Essonne.

Les villes du Haut du département de la Seine seraient devenus les Hauts-de-Seine comme récemment une région s'est réinventée Hauts de France. Par ailleurs la Haute-Garonne et la Haute-Saône ont gardé leur toponyme lorsque la Seine inférieure est devenue maritime, la Loire inférieure, atlantique,comme les basses Pyrénées.

Mais revenons à nos sources et aux communes des Hauts-de-Seine où a pu s'inscrire notre histoire familiale : Antony, Châtenay-Malabry, Sceaux, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson et Boulgne-Billancourt ; cette dernière étant la seule traversée par la Seine.

Hauts de Seine

 

36 communes composent les Hauts-de-Seine qui, au recensement de 2014, comptait 1 597 770 habitants sur une superficie de 175,6 km2.
Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9organisation_de_la_r%C3%A9gion_parisienne_en_1964