24 juin 2016

Uniforme ou pas ?

Si ma grand-mère était un U, je me demande si elle porterait l'uniforme.

Comme beaucoup de provinciales, c'est en quête d'un travail que ma grand-mère est montée à la capitale. Et si je ne me trompe ses premières payes ont découlé de placements comme bonne. C'est d'ailleurs un peu grâce à cela qu'elle a rencontré mon grand-père. La mère de son futur habitait dans le même immeuble que la famille pour qui elle travaillait. Mais ce que je ne sais pas c'est si un uniforme a joué dans la rencontre avec mon grand-père.

A Paris, je ne sais pas si mamie a porté l'uniforme, mais en abordant ce thème il me revient qu'en sa campagne il en est un qui était beaucoup porté : la blouse. La blouse à tout faire, pour protéger les vêtements, porter le grain aux poules, ramener les oeufs, nettoyer ici, tenir un plat chaud. La blouse, uniforme de la travailleuse champêtre, blouse de ménagère après blouse d'écolière, blouse de fermière qui va chercher le lapin ou retourner son jardin. Retirer sa blouse c'est que l'on a fini son labeur...

 

 

 

Posté par cedeca à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


24 juin 2015

Utérin ... pour U

Utérin, utérine, adjectif : qualifie le frère ou la soeur qui ont la même mère mais un père différent.

 

Françoise Chauvel fille de Julien, née en 1611, et Yvonne Mazan  fille de Pierre, née en 1629 sont soeurs utérines. Yvonne Ababois est leur mère à youtes deux, entre autres.

Yvonne a eu trois enfants de Julien Mazan : Denise, Michel et Françoise. Veuve elle se remarie avec Pierre Mazan dont elle a sept enfants : Julienne, Vincent, Jean, Renée ou Jeanne, Guillaume, Pierre et Yvonne.

Les deux benjamines de chaque lit sont donc soeurs utérines mais outre leur mère qu'elles partagent avec leurs huits autres frères et soeurs, elles ont un autre point commun, ce sont chacune mes ancêtres. Onze générations nous séparent, notre premier point commun est mon arrière grand-père...

 

William Bouguereau - The Elder Sister, reduction (La soeur aînée, réduction) - Google Art Project

Posté par cedeca à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

24 juin 2014

U comme Ut

Ce n'est pas que j'ai perdu le do de ma clarinette mais la première appelation de la première de nos notes était bien ut et elle colle mieux à notre 21ème lettre. Elle est d'ailleurs toujours d'actualité puisque ut et do coexistent pour nommer la même note mais seul ut a sa clé.

Mais de mon ut, je veux sortir la...

Musique !

vf1

Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi

Souvent liée à la danse qu'elle accompagnait, pour les loisirs, la musique a rythmé la vie de nos ancêtres.

Là encore, parallèlement, la religion avait une part importante dans la perception de la musique, puisque les orgues notamment accompagnaient les offices et qu'en France le nom des notes vient des premières sylabes des phrases d'un hymne à Saint Jean-Baptiste.

Mais dans chaque hameau il y avait le violonneux, le joueur de flûte, plus tard le pianiste à bretelle ou le guitariste à qui on demandait de sortir son instrument pour faire la fête. Et selon les régions on entendait plus facilement le son de la cabrette, de la bombarde, du biniou ou de la mandoline...

 

Et donc un peu de musique

 

Posté par cedeca à 18:24 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 avril 2013

Uttenreuth

Uttenreuth est une ville de Bavière, en Allemagne. C'est aussi le lieu qui commence six lettres de mon grand-père à son frère, envoyées de captivité.

Alors qu'il avait gardé ces lettres, souvenir de son frère décédé, et les papiers militaires, alors qu'il a été longtemps porte drapeau des anciens combattants, qu'il a cotoyé d'anciens camarades prisonniers, c'est de ma mère que je tiens toutes mes connaissances de cet épisode de sa vie. Je n'ai jamais pu parler à mon grand-père de ses cinq années de captivité pendant la seconde guerre mondiale. Ou plutôt je n'ai osé qu'une fois, au souvenir de ses camarades il s'est mis à pleurer à chaudes larmes, j'ai été tellement retourné, que je n'ai jamais osé lui en reparler.

Avec d'autres de mes aïeux, il y a eu aussi cette pudeur, ou ce sentiment chez eux que le passé est le passé, que ce n'est pas intéressant, peut être parce qu'il était trop noir pour eux, peut être parce qu'il est plus facile d'en parler à des étrangers, ou de le demander à des étrangers.

 

691px_Uttenreuth_in_ERH_svg

Uttenreuth en rouge

Attribution Hagar66

Posté par cedeca à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,