08 juin 2017

Gallio pour G

25 juillet 1867 : Giovanna Feder pousse son premier cri... En italien, en vénitien ?

Non, il ne doit pas y avoir de langue pour pousser un cri, mais dans quel dialecte Maria Fraccaro s'est-elle exprimée lorsqu'elle a exprimé son soulagement d'avoir accouché de cette petite fille ? Andrea, le père a t'il chanté une scie populaire pour célébrer cette naissance et la joie qu'elle lui a procuré ? Dans quelle tonalité, et quelle langue, l'Italie est en train de s'unifier, chaque région parle sa propre langue.

Giovanna Feder aura trois fils avec Francesco Modenese natif de Terrazzo dans la province de Vérone (Région Vénétie). Ces trois enfants naîtront à Ronco all'Adige toujours dans la province de Vérone.

Quand Giovanna ou ses parents ont-ils migré depuis la commune de Gallio, elle aussi Vénitienne mais située dans la province de Vicenze ?

Mystère pour l'instant, la seule mention de la commune de Gallio figure dans le registre de population de la commune de Ronco all'Adige.

Un registre de population, c''est un peu un mékange entre l'état des âmes et le recensement. Pour une famille sur une double page vous voyez retranscrit toutes les dates le temps de leur maintien dans la commune et dans leur maison.

Ainsi pour un couple dont les enfants resteraient auprès des parents, vous avez la date de naissance des enfants, la date de mariage, la date de naissance de leurs enfants et leur date de départ. Du moins dans le cas des Modenese, la date de départ du cadet Giuseppe Andrea (tiens le prénom du grand-père de Gallio) avec sa femme et ses enfants vers la France.

Un registre de population italien c'est un mirage qui devient réalité pour un généalogiste. Mais il n'y a eu qu'une oasis, puisque ce registre incroyablement complet pour la vie de trois générations à Ronco all'Adige renvoyait pour les parents à ceux de Terrazzo pour Francesco et pour Giovanna de Gallio.

 

Gallio

La suite à un prochain voyage...

 

Première publication : le 8 juin 2017

Dernière modification : Le 8 juin 2017


21 mars 2014

Fêtons l'Internet

Voici ma modeste contribution à la fête de l'Internet  à l'invitation de Sophie Boudarel qui a posé deux questions :

Pourquoi avoir créé un blog de généalogie ?

J'ai créé ce blogue en relevant le défi de Sophie le challenge AZ il y a près d'un an.

Je voulais écrire sur mes familles pour avoir autre chose que des cases à présenter à ceux que ma généalogie pouvait intéresser, notamment à mes enfants. L'occasion ou le prétexte s'est présenté, je l'ai saisie.

J'ai développé un peu les différentes raisons qui m'ont fait me lancer au début de ma page Des branches sur ce blog.

"Ce blogue est destiné à m'aider à mettre en mots mes recherches généalogiques et à pouvoir les expliquer et les partager avec ceux que cela intéresse...

  • parce que les branches étudiées ici se ramifient jusqu'à eux,
  • parce que les embûches que j'ai rencontrées et surmontées peuvent aider d'autres chercheurs d'ancêtres
  • parce que les impasses que j'expose ont peut être déjà été réglées par d'autres
  • parce que moi je pourrais me relire et replacer mes racines dans leur terreau
  • parce qu'écrire me plaît
  • parce que cela permet de remettre dans le contexte et de mieux visualiser certaines situations

Ce blogue est aussi mon outil, les liens sont ceux que j'utilise, ainsi ils sont tous aux même endroit. Et les articles sont un peu ma mémoire. Je me réserve donc le droit de les modifier à chaque instant pour corriger une erreur ou rafraîchir cette mémoire.

Et s'il nous permet d'échanger ensemble, tant mieux."

 

Quel autre blog de généalogie souhaitez-vous mettre en avant et pourquoi ?

Je suis beaucoup d'autres blogues, j'y trouve nombres d'idées, d'histoires émouvantes, de trucs ou d'astuces. La liste de ceux que je consulte le plus se trouve dans ma blogosphère généalogique.C'est un des avantages d'Internet, pouvoir échanger et partager sa passion avec d'autres personnes qui sont parfois sur un autre continent. Et les échanges sont riches.

Aujourd'hui j'ai chosi de vous parler d'un blogue qui illustre au mieux le partage en généalogie.

En fait c'est un site http://www.venarbol.net/ comprenant plusieurs onglets dont un blogue.

Je suis admiratif du travail fourni sur ces pages et de leur particularité. Sur la partie fixe, les articles sont trilingues : Français, Italien, Anglais. Je n'en ai pas encore fait le tour, et j'espère ne pas y arriver de sitôt et il fait partie de ces sites que je vais voir régulièrment pour le plaisir.

J'aime l'écriture de Nathalie qui le  tient, et tout m'y parle.

Le sujet principal en est les racines en Vénitie, région italienne d'où sont venus les parents de ma grand-mère, dont les branches ascendantes sont encore à déchiffrer. Sinon la Savoie est abordée c'est aussi une région que j'étudie pour la généalogie de mes enfants.

J'adore y fureter et découvrir les coins et recoins du travail de Venarbol multifacettes et très enrichissant.

Et cerise sur le gâteau depuis le temps que je cherchais un vade-mecum pour les recherches en Italie et bien tout ce travail de recherches a eu récemment un nouveau fruit : le livre Retrouver ses ancêtres Italiens que je devrais bientôt pouvoir dévorer.

 

Leone di San Marco a Verona

Posté par cedeca à 18:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,