30 juin 2016

C'est l'heure de dormir

Si ma grand-mère était un z, elle piquerait un petit roupillon... Zzzzz....

Ma grand-mère est active, très active. Elle est souvent debout, même à table, il faut presque la forcer pour qu'elle s'asseye puisqu'elle veut être au four et au moulin. En tout cas lorsqu'enfin elle s'est assise, elle ne le reste pas très longtemps... Au risque de s'endormir. C'est vrai quoi, si l'on s'assied c'est que l'on a rien à faire, et si l'on a rien à faire... On récupère !

Et c'est ainsi que souvent quand elle est dans un fauteuil devant la télévision j'aperçois ma grand-mère qui s'est endormie, assise là "à ne rien faire". Ou que lorsqu'elle nous emmenait au cinéma, elle ne voyait pas tout le film, parce ses yeux avaient cligné bieeeeen trop lentement....

Je ne vais pas te réveiller Mamie, mais je t'embrasse.

Posté par cedeca à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


30 juin 2015

Zarzuela... pour Z

Zarzuela : nom féminin, plat de poissons et de coquillages en sauce, originaire d'Espagne. On peut y trouver lotte, grondin, anguille, cabillaud ou sébaste, des calamars, des crevettes, gambas et des moules.

Les meilleurs souvenirs des familles se forment souvent autour d'un repas partagé, ce n'est pas Evelyne de Ciel ! Mes aïeux,  qui va me contredire. Lors d'une des premières réunions de famille sur un terrain nouvellement acquis, les cousins, les amis ont aidé à poser les premières planches, les premières pierres... Et Tonton Marcel a fait la zarzuela !!!

 

Source : marmiton.org

Mise à jour : 30 juin 2015

Posté par cedeca à 08:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juin 2014

Z comme Zoo

Non, nos ancêtres n'ont pas du aller souvent au zoo, mais vous ne m'oterez pas de l'idée que gamins, ils n'ont pas joué comme des fous avec un chien, un canard, un veau ou un cochon ou fait des saute-moutons... D'accord les jeux n'étaient peut-être pas tous partagés, comme par exemple avec les mouches ou les grenouilles.

Replaçons les choses a minima dans leur contexte, nos aïeux avaient une vision beaucoup moins romantique et plus pragmatique de nos compagnons à quatre pattes ou deux ailes. ceux ci devaient être utiles ou goûteux.

Néanmoins, le berger devait avoir quelques moments de complicité avec son chien et de temps en temps lui lancer un bâton...  Quelques parties de chasse ou de braconnage ont bien du se faire accompagné d'un pointer ou d'un terrier. Je m'imagine mes tailleurs ou mes couturières avec parfois un chien à leur pied ou un chat sur les genoux ou l'épaule. Le ronronnement sous la caresse de l'adulte ou de l'enfant n'a pas d'âge. L'ancêtre qui avaient des ruchées le faisait pour avoir du miel, mais un tel travail n'est pas donné à tout le monde, une part de fascination doit y jouer.

Les nobles qui nous ont précédés ont plus utilisé leur cheval comme loisir, mais les laboureurs de temps en temps aussi ont du prendre plaisir à monter une de leurs bêtes... Pour le cheval une autre distraction possible en dehors des quintaines, tournois et autres promenades reste la course, à faire ou  à regarder et à parier. Est-ce que Gosciny avait raison et que dès l'Antiquité les mises sur les courses ont existé ? Probable.  Il n'en reste pas moins qu'une de mes bisaïeules jouait au pari mutuel urbain avec son fils. Et ce ne devait pas être la seule...

f1

Courses de Chevaux Français qui ont eues [sic] lieu au Champ de Mars, à l'instar de celles des Chevaux Romains dits Barbery : [lythographie] / Carle Vernet ; I. Lith. de Delpech

Dans mon arbre les chêvres étaient plus gardées que les vaches, mais si vous descendez plus au sud et que vous vous rapprochez du triangle de Camargue, par exemple, les jeux taurins ne datent pas d'hier et je ne m'apesantirais pas sur ceux du cirque romain.

Le dernier lien de ce challenge pour finir, et comme pour toute donnée, lisez, vérifiez, croisez vos informations, ils ne sont là que pour avoir envie de découvrir...

Un essai d'histoire de l'apiculture...

Posté par cedeca à 18:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 avril 2013

le Z final ne se prononce pas en Savoie...

C'est ce que j'ai découvert en remontant les branches de ma dame.

Ainsi La Giettaz et La Clusaz, se prononcernt normalement La Giette et La Cluse.

Le z servirait à indiquer que l'accent tonique se porte sur l'avant-dernière syllabe et que la voyelle finale est atone, et ne s'entend pratiquement pas dans la langue franco-provençale parlée du temps de la graphie des noms de lieux. Car c'est  essentiellement dans ces toponymes que se trouvent ce signe phonétique. Les anthroponymes ou patronymes qui l'ont arboré, ou le conservent encore, sont donc initialement des surnoms issus du lieu de résidence.

Book of Hours detail

 

Merci à Jean Tosti de qui j'ai paraphrasé une explication plus claire que la mienne.

 

Et maintenant ZZZZZZ, repos et vacances.

 

Posté par cedeca à 17:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,