19 juin 2014

Q comme Quintaine

C'est grâce à l'association Mémoire vivante de Fégréac que j'ai découvert la quintaine.

Il s'agit d'un exercice pour les cavaliers qui veulent s'entraîner aux tournois. C'est devenu aussi un concours moins périlleux que de s'affronter en lice et ouvert aux non chevaliers.

La quintaine c'est le mannequin ou la poutre qui soutient un écu ou une cible qu'il faut frapper du bout de lance. Cependant un bâton ou une masse est asservi à cette cible et bascule quand on la frappe, il s'agit après l'impact de l'éviter comme on éviterait son adversaire. Le jouteur maladroit se retrouve souvent le nez dans la poussière.

Parfois la quintaine n'est que la cible, solidement amarrée, que le jouteur doit frapper en pleine course sans vider les étriers. Cette cible peut aussi être fixée dans l'eau pour les joutes nautiques, comme dans la région sètoise.

Plus précis encore le poteau peut ne tenir en laisse qu'un simple anneau que le cavalier devra enfiler sa lance et conserver au bout de celle-ci.

Et comme tout jeu, des variantes naissent et persistent dans diverses régions comme en Limousin à Saint-Léonard-de-Noblat

Tilting at the quintain, Dalkeith Country Park

Creative Commons Licence [Some Rights Reserved] © Copyright kim traynor and licensed for reuse under this Creative Commons Licence.

 

Ce petit billet porte le numéro 100 pour ce blogue...

 

Posté par cedeca à 06:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 juin 2014

G comme Galli

Ce n'est pas du gaulois, c'est de l'italien.

Lors d'une de nos dernières rencontres entre cousins j'ai appris que le frère de mon arrière grand-mère chantait très bien. Comme presque tous ces frères, et qu'il était surnommé il Gallo pour sa belle voix. C'est amusant parce qu'en France ce surnom " le coq" lui aurait été donné, s'il avait été un peu fanfaron ou hautain et on l'aurait appelé rossignol pour sa voix. Mais passons...Une de mes cousines nous a raconté qu'elle avait été dans le village de nos ancêtres et qu'elle avait croisé des personnes âgées qui se souvenaient de notre famille "I galli" les appelait-on. Parce qu'ils étaient connus pour bien chanter probablement dans les fêtes, ou même dans la rue.

rooster-223662_640

C'était une petite fierté, je ne sais si mon arrière-grand-mère chantait bien. Mais à chaque fête de famille un O sole mio finissait par réchauffer l'assemblée.

D'un autre côté c'était plus le petit vin blanc qui éclairait les tonnelles... Mais quelques berceuses ou chansons enfantines se sont aussi transmises, Duerme Negrito, Ne pleure pas Jeannette, Dans les prisons de Nantes...

Et bien nous chantions...

...O sole mio

 

Posté par cedeca à 06:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 juin 2014

F comme figurine ou poupée

Un morceau de bois taillée, quelques brins d'herbe tressés, deux chiffons noués, des brindilles liées, une statuette de glaise, de la laine, il a suffi de deux, trois riens pour faire les premières poupées. Et chaque matériau pouvait donner naissance à un poupon à prendre dans ses bras, à cajoler.

Nées de l'imagination des enfants ou créées par l'attention des parents elles ont permis mille et une histoires, ont développé des imaginaires, absorbées des déceptions, des pleurs, sont devenues des confidentes, des exutoires.

Souvent unique pour nos ancêtres, elles sont devenues plus nombreuses lorsqu'elles sont devenues aussi figurines, permettant de reconstituer des batailles, des courses cyclistes, des scènes champêtres.

Parfois peluche, qui n'a pas eu un petit personnage qui a marqué son enfance, qui a gardé des souvenirs parmi les plus forts ?

A travers nos généalogies nous découvrons ou extrapolons des histoires fortes, émouvantes ou poignantes, passionnantes et originales ou quotidiennes et banales. J'adore ces récits. mais ces dernières années les histoires qui m'ont le plus frappées sont celles que j'ai entendus de la bouche de mes enfants alors qu'ils jouaient en solitaire avec leurs figurines ou poupées. Je me suis dit q;ue ces objets avaient forcément un caractère magique pour développer autant d'imagination dans l'esprit de nos chérubins. Et ce je pense de tous temps.

 

Ferenczy, Károly - Fiatal lány a babával

Károly Ferenczy [Public domain], via Wikimedia Commons

En vous écrivant ces mots il me vient une idée, je pense que je vais demander à chacun de mes proches, oui en commençant probablement par les filles, quel est son premier souvenir avec une poupée.

Et vous ?

 

Et pour le lien du jour un coup de chapeau à un fondu de figurines

Ce qui rappelle l'initiative des archives de la Manche.

 

 

 

Posté par cedeca à 06:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,