17 juin 2017

Oradour-sur-Vayres pour O

François Lathière naît le 27 septembre 1790 à Oradour-sur-Vayres dans le Département de la Haute-Vienne. Il est le fils de Marguerite Jarraud et de Guillaume Delathière. Troublante coïncidence c'est autour des années 1790 que les porteurs du patronyme deviennent des Latière. Il me revient en mémoire des rumeurs qui disaient que dans certaines familles, pour ne pas être raccourci soit-même on avit raccourci son nom en ététant une particule réelle ou apparente. Alors mythe ou réalité ? Est-ce un nouveau curé, l'officier d'état civil ou les familles qui ont pris cette décision. Il s'agira de creuser un peu.

Le 24 févier 1813 Catherine Goursaud épouse le jeune François, native de la même commune elle y serait né quelques années après lui.

Je ne leur connais qu'un fils Jean Baptiste, mais en allant vérifier quelques dates trouvées sur Geneanet (merci Itsaso) je devrais pouvoir leur rajouter deux files : Jeanne et Marie.

En 1867 François et Marie résident toujours à Oradour-sur-Vayres, François a eu plusieurs métiers, dans le désordre (là aussi il s'agit de creuser un peu) Marchand, cultivateur, roulier, coquetier. A première vue marchand et coquetier pourrait regrouper la même profession, le coquetier d'après le site vieuxmetiers.org étant un "marchand ambulant récoltant les produits frais tels que beurre, oeufs... dans les campagnespour les revendre au marché." Mais peut-être à une époque M. Lathière premier du nom dans mes branches a-t'il commercé d'autres produits. Le métier de roulier quant à lui serait l'ancêtre du transporteur. Il est probable qu'au fur et à mesure, la charette à chevaux soit allée transporter des biens ailleurs que sur des marchés. Jean Baptiste a pu participer à cette aventure puisque s'il est parti en région parisienne, son métier (comme nous le verront en V) est toujours de conduire, mais maintenant des personnes, dans des coches.

[Gustave_III_opéra_d'Auber_et_[


03 décembre 2016

Olivier

Olivier Prénom masculin

Il y avait la question de l'oeuf ou la poule, pour ce prénom elle pourrait se poser l'olive ou l'olivier, lequel a donné naissance à ce prénom ? En tous cas il semble que ce soit sous la protection de cet arbre qu'on ait voulu placer les premiers porteurs de ce prénom.

Dans mes branches le prénom Olivier est porté par des ancêtres ayant pour nom Guiho (pour deux d'entre eux), Gautier,Richard, Glotin et Riallain. Tous sont en Bretagne historique, entre Loire-Atlantique (Fégréac ou Guenrouët) et Morbihan (Carentoir ?) ; et oscillent entre 1588 et 1623.

 

Résultat de recherche d'images pour

Posté par cedeca à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 juin 2016

L'ours et la tortue

Si ma grand-mère était un o, il ferait la peluche d'un ours... et d'une tortue.

Chez ma grand- mère nous avions chacun deux peluches qu'elle nous avaient offertes. L'une des deux avait une fermeture éclair permettant de ranger dans son ventre un pyjama pour quand nous dormions chez elle. Bien évidemment ce ventre devenait aussi pour nous cache au trésor. Nous y recelions petits jouets, bonbons ou le livre que nous voulions lire le soir. J'avais l'ours en peluche et ma peluche au trésor était une tortue. Je ne me souviens pas en avoir vu ailleurs, mais il est vrai que je n'en ai jamais cherchée puisque ce que je regardais comme une rareté était pour moi chez ma grand-mère.

Posté par cedeca à 22:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juin 2015

Ondoiement ... pour O

Ondoiement, nom masculin. En cas de mort imminente d'un nouveau né, acte pratiqué par la sage-femme, ou toute personne présente suffisamment éduquée religieusemen,t pour compenser le baptême réduit alors à son essentiel.

CISB0806

Source : http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/ondoiement/

Posté par cedeca à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 juin 2014

O comme Osselets

Et autres petit jouets que les enfants, (que les enfants ?) utilisent à même le sol, accroupis ou à genoux, heureux de manger de la poussière parfois.

Comme leur nom l'indique, les osselets sont à l'origine des petits os de mouton ou de porc.Tout se récupère... Les os ont longtemps servi à fabriquer outils, instruments de musiques, jeux. Les dés aussi étaient en os à l'origine. Les enfants donc rivalisent d'agilité pour lancer au ciel leurs osselets et les récupérer sur le dos de la main, les reposer au sol puis reprendre la gymnastique millimétrée qui leur permettra de marquer le plus de points. C'est bien évidemment à même le sol que l'on apprécie le plus de jouer aux osselets.

Par terre toujours, au milieu des cailloux et des infractuosités du sol des marmots ont sorti leurs sacs de billes et se défient du pouce ou de l'index (chacun sa technique favorite). Les billes ou leurs grands frères les calllots se culbutent, atteignent leur cible et changent de mains.

Plus loin d'autres lancent des toupies qui tournoient entre leurs doigts puis sur le sol... Des toupies ou des totons qui ne sont pas aussi ronds que peuvent l'être les premières mais ressemblent à des dés traversés par une cheville. A l'origine d'ailleurs chaque face était marqué d'une lettre puis d'un chiffre (ou de points) comme un dé. Le toton était alors plus un jeu de hasard plus que d'adresse comme la toupie.

 Dernier point commun de tout ces jeux au ras du sol, ils ont l'avantage lorsque l'on se contente de quelques uns de vite se ranger dans une poche pour ressortit à la première occasion...

 Jean Siméon Chardin - Retrato de Auguste Gabriel Godefroy

L'enfant au toton de Jean Siméon Chardin

Une petite histoire des osselets

Posté par cedeca à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

17 avril 2013

Oulières, ça s'écrit bien avec un h ?

Longtemps l’orthographe des noms n'a pas été figé : Plaignes ou Plagnes, Chambonneau, Chambonnau ou Jeanbonneau, les gens écrivaient comme ils entendaient, et certains entendaient mal...

Françoise Houilleres a un père c'est normal jusque là... Il est connu, c'est plus facile, il s'agit de Pierre Houlières. Jusque là il n'y a qu'un L qui disparaît ce n'est pas plus perturbant que cela.

Autre élément de base, lorsque l'on cherche une ascendance, il est parfois utile de chercher tous les frères et soeurs, surtout quand la famille a déménagé.

Dans ce cas ils sont venus à Montaigu-de-Quercy (82) depuis Tournon d'Agenais (47). Départements différents mais communes voisines. 

Donc il s’agit de rechercher la trace d'un mariage, d'une naissance ou d'un décès d'un ou une Houilleres, Houlières ou Houlliere, rien de grave... 

La recherche s'effectue dans les tables décennales (qui sont un index alphabétique des actes, rédigées tous les dix ans) à la lettre H. Recherche infructueuse, bredouille sur les H, mais en passant depuis le M de Mouraby, François étant le mari de Françoise vers le P de Paganel (Françoise étant la mère de Françoise), voici que le coin de l'oeil tombe sur le O et qu'il y aperçoit un Oulières. Après avoir vérifié l'acte c'est bien le frère de Françoise... Pratique, Mais là il ne s'agit que d'une erreur temporaire, plus gênante parce qu'elle concerne l'initiale mais qui se règle par une recherche exhaustive dans les tables décennales. Et cela ne pose pas de problème sous l'ancien régime puisque de toute façon la recherche se fait acte par acte.

 

DihydrogenBondingBH4-H2O

Posté par cedeca à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,