06 juin 2014

F comme figurine ou poupée

Un morceau de bois taillée, quelques brins d'herbe tressés, deux chiffons noués, des brindilles liées, une statuette de glaise, de la laine, il a suffi de deux, trois riens pour faire les premières poupées. Et chaque matériau pouvait donner naissance à un poupon à prendre dans ses bras, à cajoler.

Nées de l'imagination des enfants ou créées par l'attention des parents elles ont permis mille et une histoires, ont développé des imaginaires, absorbées des déceptions, des pleurs, sont devenues des confidentes, des exutoires.

Souvent unique pour nos ancêtres, elles sont devenues plus nombreuses lorsqu'elles sont devenues aussi figurines, permettant de reconstituer des batailles, des courses cyclistes, des scènes champêtres.

Parfois peluche, qui n'a pas eu un petit personnage qui a marqué son enfance, qui a gardé des souvenirs parmi les plus forts ?

A travers nos généalogies nous découvrons ou extrapolons des histoires fortes, émouvantes ou poignantes, passionnantes et originales ou quotidiennes et banales. J'adore ces récits. mais ces dernières années les histoires qui m'ont le plus frappées sont celles que j'ai entendus de la bouche de mes enfants alors qu'ils jouaient en solitaire avec leurs figurines ou poupées. Je me suis dit q;ue ces objets avaient forcément un caractère magique pour développer autant d'imagination dans l'esprit de nos chérubins. Et ce je pense de tous temps.

 

Ferenczy, Károly - Fiatal lány a babával

Károly Ferenczy [Public domain], via Wikimedia Commons

En vous écrivant ces mots il me vient une idée, je pense que je vais demander à chacun de mes proches, oui en commençant probablement par les filles, quel est son premier souvenir avec une poupée.

Et vous ?

 

Et pour le lien du jour un coup de chapeau à un fondu de figurines

Ce qui rappelle l'initiative des archives de la Manche.

 

 

 

Posté par cedeca à 06:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,