18 avril 2013

Preuves

La tige qui rattache une feuille à un arbre doit être une preuve.

J'avoue que je ne suis pas aussi rigoureux que je le devrais. Mais, normalement, chaque sosa de mon arbre est vérifié et une preuve (ou un sérieux faisceau d'indices) m'a permis de l'y mettre. Sinon, comme mon arbre sur logiciel me sert aussi de "brouillon", un "?" précédant le nom signale qu'il me manque LA preuve pour cet ancêtre.

Après, c'est par une petite pirouette que je contourne les esprits chagrins qui pensent que la seule lignée véritable est la lignée cognatique. Quoique, il s'est déjà vu des soeurs ou des mères endosser la maternité d'une plus jeune, ou une servante pour sa maîtresse ou vice-versa... (la gestation pour autrui n'est-elle qu'une problématique des 20e et 21e siècle ?)

Pour moi la généalogie est l'histoire des familles. Je me contente de l'officielle, même si je prends la secrète dès qu'elle se présente.

Si Monsieur reconnaît la paternité d'un enfant déjà arrivé en ce monde ou dans le ventre de sa mère, s'il lui a donné son nom, l'a élevé ou fait participer au labeur de la famille, c'est qu'il en fait partie non ? C'est ainsi qu'il aura grandi, aura été reconnu dans le village.

Microscope

J'aime les actes de mariages filiatifs ou ces curés ou vicaires qui précisaient les liens de parenté des compères et commères. Si trois tantes ont été marraines, si un frère d'un premier mariage a été parrain, cela permet de lever des hésitations, de confirmer une intime conviction qui ne me satisfait pas complètement. .

Mais la preuve c'est la pièce du boîte qui s'encastre parfaitement, c'est le plaisir de la découverte, de la confirmation, pas un élément à charge d'un tribunal. En généalogie je recherche une vérité, je cherche à mettre en lumière la vie quotidienne passée, pas à la juger, à apprendre. Apprendre sur eux, sur nous, sur moi.

Posté par cedeca à 22:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,